Retour

Les défenseurs de la vie privé dénoncent la collecte d'information souhaitée par Surrey

Certains centres communautaires de la Ville de Surrey demandent à leurs clients de fournir leurs nom, adresse et numéro de téléphone avant d'accéder à l'établissement. La municipalité souhaite adopter cette mesure dans tous ses établissements. Les défenseurs de la vie privée décrient une collecte excessive d'information.

« Cela nous permet de savoir qui utilise nos services et de répondre aux urgences médicales », dit la directrice de la confidentialité et des archives de la municipalité, Sophie Loehrich. Elle défend la mesure en notant également son effet dissuasif sur les vols.

Ce ne sont pas tous les établissements de la Ville de Surrey qui demandent ces informations à leurs clients, mais Mme Loehrich dit que ce sera bientôt le cas.

Pas « d'objectif utile »

« Cela me semble comme une collecte excessive d’information », dit Vincent Gogolek, directeur général de l'Association pour la liberté d'information et la vie privée de la Colombie-Britannique.

« Non seulement cette mesure ne semble pas être liée à un programme particulier, elle semble ne pas avoir un objectif utile », déplore Vincent Gogolek.

Mme Loerich dit que le but n’est pas de suivre les gens dans leur utilisation des services, mais plutôt de permettre au personnel d’identifier les clients pour qui l’accès aux établissements publics a été interdit.

Depuis 2014, six plaintes ont été déposées auprès de la ville au sujet de la mesure.

Le Commissariat à l'information et à la protection de la vie privée de la province affirme que les organismes publics doivent démontrer que toute collecte d’information est nécessaire, tout en expliquant ce raisonnement à leurs clients.

« Si vous ne voulez pas fournir cette information, vous pouvez signer le registre des visiteurs. Et si vous ne voulez pas signer, vous pouvez parler à un superviseur qui vous accordera l’accès », dit Mme Loehrich.

Plus d'articles