Retour

Les « faux pas » du gouvernement Wall pourraient lui coûter cher, selon un expert

Le gouvernement de la Saskatchewan s'est rétracté cette semaine vis-à-vis d'importantes décisions vivement critiquées.

Lundi, le ministère des Services sociaux a annoncé qu'il n'ira pas de l'avant avec les changements annoncés cet été concernant 2700 bénéficiaires du supplément de revenu.

Plus tard dans la même journée, le ministre de la Justice, Gordon Wyant, a retiré son amendement pour mettait fin aux enquêtes obligatoires du coroner à la suite du décès d'une personne en détention.

Selon l'analyste et professeur émérite à l'Université de Regina, Stephen Kenny, le gouvernement Wall revient sur ces décisions importantes après avoir fait l'objet de vives critiques, de la part de l'opposition officielle et de citoyens.

Je vois un gouvernement qui a agi d'une façon plutôt impulsive, qui revient et recule un peu puisqu' il n'attendait pas la réaction qu'il a eue contre ces coupures.

Stephen Kenny, professeur et analyste politique

L'opposition néo-démocrate avait vivement dénoncé la décision du parti de Brad Wall de sabrer dans les dépenses de ces deux services.

Le NPD affirme qu'il est inquiétant de voir le gouvernement prendre des décisions et consulter les personnes concernées après coup. « Nous avons vu à maintes reprises le gouvernement revenir sur ces décisions et faire des consultations après, alors que c'est ce qu'il aurait dû faire dès le départ », dénonce la députée néo-démocrate Nicole Sarauer.

Rare opposition citoyenne

Plusieurs décisions de la province ont fait réagir la communauté et l'opposition officielle lors des dernières semaines, ce qui est anormal pour le gouvernement en place, croit le professeur Stephen Kenney.

Le gouvernement de Brad Wall, qui a toujours été en harmonie avec l'électorat de la Saskatchewan, fait rarement face à autant de critiques, estime l'analyste.

En mars, le Parti saskatchewanais restait pratiquement aussi populaire qu'à son arrivée au pouvoir en 2007.

Aujourd'hui, les « faux pas politiques » du gouvernement risquent de toucher sa popularité, pense Stephen Kenny. « C'est certain que si le gouvernement continue dans cette direction, il va affronter de plus en plus de difficultés avec l'électorat en Saskatchewan », pense l'analyste.

Ce qui est intéressant, c'est que c'est un gouvernement dans son troisième mandat et on s'attendrait à plus d'acuité ou de perspicacité, c'est ça qui me surprend dans cette série de faux pas.

Stephen Kenny, professeur et analyste politique

Le professeur ajoute que le gouvernement est en début de mandat et qu'il a encore le temps d'apprendre de ses erreurs avant une prochaine élection.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »