Retour

Les gens d'affaires de Gatineau veulent poursuivre le travail avec le maire réélu

La Chambre de commerce de Gatineau souhaite entretenir des « relations saines et transparentes » avec le maire Maxime Pedneaud-Jobin, afin de favoriser l'avancée des enjeux et des priorités de ses membres. L'organisme, qui a pris position durant la campagne électorale, a réagi dimanche soir aux résultats de l'élection qui a reporté le maire sortant au pouvoir.

L'organisme souhaite reprendre les relations là où elles étaient avant le déclenchement de la campagne.

Parmi les enjeux chers à ses membres, l'organisme cite la « transparence et l'ouverture face à de nouveaux projets nécessitant des investissements majeurs proposés par la communauté d'affaires ».

Des tours qui continuent à faire parler

Réagissant lui aussi aux résultats électoraux à l'émission Les matins d'ici, l'homme d'affaires Antoine Normand, ancien président de la Chambre de commerce, a souligné que le projet de tours de Brigil près du Musée canadien de l'histoire avait pris une importance démesurée dans la campagne. Pour lui, il s'agissait davantage d'un enjeu de pouvoir que d'un enjeu réel.

« Il y a […] des promoteurs immobiliers, un petit nombre dans la région de l'Outaouais, qui n'ont pas encore accepté de vivre avec le fait qu'ils ne manipulent plus les dirigeants politiques, qui n'ont plus la mainmise sur des pantins », a affirmé Antoine Normand.

De son côté, le président Des Rosiers a souligné que la décision d'aller de l'avant ou non avec ce projet appartenait maintenant à la sphère politique. « On pense que les projets de cette ampleur méritent toute l'attention nécessaire », a-t-il précisé.

Quant au maire Maxime Pedneaud-Jobin, il a reconnu en entrevue que les relations étaient plus difficiles avec certains entrepreneurs, mais que la Chambre de commerce restait un interlocuteur privilégié.

Le maire dit vouloir venir davantage en aide aux entrepreneurs plutôt qu'aux promoteurs immobiliers. « Ma priorité, c'est eux. C'est ceux qui précédent, c'est ceux qui causent le développement. Après ça, l'immobilier arrive », a-t-il souligné.

Des excuses

Rappelons que le président de la Chambre de commerce, Jean-Claude Des Rosiers, a dû présenter ses excuses pendant la campagne électorale après avoir demandé la démission de la directrice du Module de l'aménagement du territoire et du développement économique de la Ville de Gatineau, accusant le service de lenteur et de plusieurs lacunes.

Il avait aussi fait référence à une « commande politique » à la Ville qui aurait freiné le projet de tours du groupe Brigil .

M. Des Rosiers avait par la suite précisé qu'il avait mal choisi ses mots et qu'il ne voulait pas mettre en doute l'intégrité du processus.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine