Retour

Les grands projets de transport en commun au cœur du débat électoral?

Les partis politiques ont intérêt à faire du transport collectif un enjeu prioritaire de la prochaine campagne électorale. Une nouvelle étude du CIRANO révèle que 83 % des gens considèrent qu'investir dans les grands projets de transport en commun constitue un choix de société à prioriser.

Un texte de Véronique Prince, correspondante parlementaire à Québec

L’enquête du CIRANO a été réalisée en ligne entre le 5 et le 10 avril dernier auprès de 1013 répondants. Parmi eux, 77 % sont favorables au Réseau express métropolitain (REM), même si les coûts sont évalués à plus de six milliards de dollars.

L’engouement pour le projet pousse déjà le Parti libéral et la Coalition avenir Québec à inscrire un prolongement dans leur programme électoral. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, le gouvernement Couillard voudrait l’étendre jusqu’à Mirabel, alors qu’un gouvernement Legault le prolongerait jusqu’en Montérégie, rapporte La Presse canadienne.

La solution de rechange au REM, proposée par Jean-François Lisée, ne suscite pas autant d’intérêt. Seulement 53 % des gens sondés soutiennent le « Grand Déblocage » visant à augmenter le nombre de voies réservées pour les autobus rapides et la bonification des trains de banlieue.

Selon la coauteure de l’étude, Nathalie Marcellis-Warin, il est possible que la proposition du Parti québécois soit méconnue du public, ce qui expliquerait son manque de popularité. Selon elle, les projets présentés par un gouvernement obtiennent plus de visibilité, ce qui influence les résultats.

La ligne rose promise par la mairesse de Montréal est presque aussi populaire. Au moment où Valérie Plante presse Québec d’en assumer le financement, 71 % des répondants souhaitent que le projet se concrétise.

Le Parti libéral et le Parti québécois ont manifesté un intérêt pour l’idée, alors que François Legault la rejette, ne voyant pas l’urgence de réaliser le tracé proposé par la mairesse. La CAQ serait en train de préparer un plan de transport en commun pour le Grand Montréal.

Les projets de transports ont la cote

Le tramway à Québec ne manque pas d’appuis non plus. Pas moins de 70 % des Québécois souhaitent qu’il se réalise, indique l’étude du CIRANO.

Lorsqu’on leur demande de cibler trois choix de société sur lesquels le gouvernement devrait se concentrer en matière de mobilité durable, les Québécois veulent d’abord, à 58 %, des investissements plus importants dans les grands projets de transport en commun.

Et 43 % des gens souhaitent que davantage d’argent soit réservé pour l’électrification des transports. Le même pourcentage prône aussi la mise en place de mesures pour accroître la flexibilité de l’horaire de travail afin de réduire la congestion automobile. Par exemple, plusieurs répondants ont indiqué que le télétravail leur permettrait de passer moins de temps dans leur véhicule.

Si les Québécois veulent que le gouvernement marque le coup en matière de mobilité, paradoxalement, seulement 29 % d’entre eux utilisent les transports en commun plutôt que leur voiture quand c’est possible.

Par contre, 48 % affirment qu’ils opteraient davantage pour ce mode de déplacement si l’offre était mieux adaptée à leurs besoins. Un message pour les partis politiques qui en sont à élaborer leur plateforme électorale.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine