Retour

Les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon forcés de demander l'autorisation du Canada pour voyager

Les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon comptent sur leur premier ministre Manuel Valls, actuellement en visite au Canada, pour les sortir d'une étrange impasse administrative.

En effet, à compter du 10 novembre, les Saint-Pierrais et les Miquelonnais devront demander l'autorisation au Canada lorsqu'ils voudront retourner à leur archipel en provenance d'un pays tiers... y compris la France.

C'est qu'une récente modification à la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés obligera désormais les voyageurs étrangers qui bénéficient normalement d'une exemption de visa au Canada à obtenir une autorisation de voyage électronique (AVE) avant de séjourner en sol canadien, ou avant d'y transiter.

Les citoyens des États-Unis ne sont pas visés par cette mesure. Mais les États européens, eux, le sont. Et pour les Français de Saint-Pierre-et-Miquelon, cette situation est « inconcevable », de l'avis du député de ce territoire, Stéphane Claireaux, qui souligne que ses commettants n'ont « d'autres choix que de passer par le Canada pour rentrer ».

Le Canada, passage obligé

Les citoyens français résidents de Saint-Pierre-et-Miquelon, qui cherchent à entrer au Canada par avion en provenance directe de Saint-Pierre-et-Miquelon, sont exemptés d'obtenir une AVE pour venir ou transiter au Canada.

Par contre si le résident de Saint-Pierre-et-Miquelon cherche à venir ou transiter au Canada en provenance d'un autre endroit que l'île, par exemple de France, il devra se procurer une AVE.

Saint-Pierraise d'origine, la ministre française Annick Girardin dit se battre depuis 10 mois pour faire lever cette obligation. Il importe, dit-elle, que « des Français ne soient pas obligés de demander une autorisation à un pays tiers pour sortir et rentrer dans leur pays ».

Des pourparlers entre Trudeau et Valls

Mme Girardin accompagne le premier ministre français Manuel Valls au Canada. M. Valls se rendra justement à Saint-Pierre-et-Miquelon samedi. 

De son côté, le député Stéphane Claireaux souhaite que les entretiens de M. Valls avec son homologue, Justin Trudeau, puissent faire débloquer les choses. 

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque