Retour

Les joueurs de la LNH jettent les gants contre le régime de retraite de l'Ontario

Au Canada, quand un joueur de la LNH s'inquiète, même les ministres ont intérêt à se faire rassurants. Comme Charles Sousa, l'argentier de la province, qui avait ces mots apaisants cette semaine : « Le régime de retraite de l'Ontario vise à aider les employés vulnérables, ceux qui n'auront pas de quoi assurer une retraite convenable ».

Une chronique d'Alex BoissonneaultTwitterCourriel

Il faut dire que l'inquiétude des hockeyeurs en a quand même fait sourire plusieurs. C'est que l'Association des joueurs a certainement l'intérêt de ses membres à coeur. Dans ce cas-ci, elle veut épargner aux Dion Phaneuf, Pierre-Alexandre Parenteau et Nazem Kadri de la province la cotisation de 1 643 $ par année que pourrait leur imposer le régime de retraite ontarien (RRPO). Elle demande une exemption à la province.

Cette sortie de l'Association donne pourtant de nouvelles munitions à ceux qui s'opposent toujours vigoureusement au régime de retraite imaginé par le gouvernement de Kathleen Wynne. Les critiques refusent de se taire. Des dizaines de chambres de commerce et la Fédération des entreprises indépendantes, notamment, jurent que le plan coûtera des emplois à la province.

Obstruction

La rebuffade des joueurs n'est pas une prise de position politique. Ni un gage de sympathie du commun des mortels. Elle a néanmoins le mérite de souligner encore les imperfections du système et de contribuer au débat sur sa pertinence pour les Ontariens. Sans juger des intentions du gouvernement, il faut tout de même rappeler que cet outil sera, de facto, une nouvelle source de revenus pour l'État.

Rappelons seulement que le salaire annuel moyen d'un joueur de la Ligue nationale de hockey est de 2,5 millions de dollars américains. Les joueurs peuvent aussi compter sur un régime de pension qui n'a rien à envier aux 12 849 $ canadiens qu'ils peuvent espérer recevoir du régime provincial chaque année.

Le gouvernement a prévu un mécanisme d'exemption au futur régime provincial pour les employés qui ont déjà un régime de retraite acceptable. Le problème, c'est que le régime des joueurs est basé aux États-Unis. Obtenir l'exemption pourrait être plus compliqué.

Les Maple Leafs et les Sénateurs devront se soumettre au même processus d'exemption que les autres employeurs de la province, a confirmé la ministre responsable du RRPO, Mitzie Hunter.

Encore loin de la finale

Les joueurs ont quand même des raisons d'espérer : s'ils n'obtiennent pas leur exemption, ils pourraient quand même être remboursés des sommes qu'ils auront déboursées. À condition que les conservateurs soient élus.

Non seulement le chef de l'opposition, Patrick Brown, a promis de démanteler le RRPO une fois au pouvoir, mais il s'est aussi engagé cette semaine à rembourser ceux et celles qui y auront déjà contribué. 

Comme la province a déjà repoussé à 2018, année de l'élection, la mise en place du nouveau régime, il y a donc encore loin de la coupe aux lèvres avant que Leo Komarov soit forcé de payer sa cotisation ontarienne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine