Retour

Les libéraux d’Ahuntsic-Cartierville arrêtent leur choix sur Mélanie Joly

La course s'annonçait serrée, elle l'a été. Mélanie Joly a eu besoin d'un troisième tour pour remporter l'investiture libérale dans la circonscription montréalaise d'Ahuntsic-Cartierville dimanche.

Trois autres candidats étaient en lice : Grace Batchoun, une gestionnaire, Viken Attarian, un ingénieur, et Elie Kassissia, un homme d'affaires.

Quelque 2065 militants libéraux inscrits dans Ahuntsic-Cartierville ont exprimé leur droit de vote. Cinquante-huit bulletins ont été rejetés, mais le résultat exact du décompte n'a pas été révélé aux partisans.

L'un des trois candidats défaits, Elie Kassissia, aurait quitté les lieux en colère. Les deux autres se sont ralliés.

« Tout le monde sait qu'il y a eu du favoritisme », a déclaré Grace Batchoun après sa défaite. « Mais en même temps, c'est la démocratie qui a parlé ».

Dans son discours de victoire, livré dans les deux langues officielles, Mme Joly a félicité les candidats défaits et a remercié les militants, qui ont attendu patiemment le résultat, dévoilé avec plus de deux heures de retard sur l'horaire prévu.

« Je vous promets d'avoir les bras ouverts, le coeur à l'écoute, et de travailler de concert avec toute l'équipe libérale pour assurer une victoire libérale dans Ahuntsic-Cartierville », a-t-elle déclaré.

C'est une victoire importante pour Mélanie Joly, qui s'est fait connaître en 2013 lorsqu'elle a terminé en deuxième place lors de l'élection à la mairie de Montréal, derrière Denis Coderre, mais devant Richard Bergeron.

Avant et après les élections de 2013, la chef du parti Le Vrai changement pour Montréal avait promis de rester en politique municipale. « Je suis là pour rester », avait-elle répété.

Or, elle a quitté sa formation en septembre 2014, avant d'annoncer, quelques mois plus tard, qu'elle serait candidate à l'investiture libérale dans Ahuntsic-Cartierville.

Une course tendue

La semaine dernière, les adversaires de Mme Joly ont accusé la direction du Parti libéral d'avoir manigancé pour avantager la candidate, une proche de Justin Trudeau. Ils ont notamment accusé le PLC d'avoir offert des postes à des candidats, qui se sont ensuite retirés de la course à l'investiture.

La haute direction du parti a rejeté ces allégations.

« Ça fait partie des jeux psychologiques durant une investiture », a expliqué le coprésident de la campagne du PLC au Québec, Pablo Rodriguez. « Mais à la fin, ce qui est important, c'est qu'on reste unis. »

Pour être élue le 19 octobre prochain dans Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly devra affronter la députée sortante Maria Mourani qui, élue sous la bannière du Bloc québécois, se présente cette fois pour le Nouveau Parti démocratique.

Il y a aussi deux autres candidats déclarés : William Moughrabi, du Parti conservateur, et Nicolas Bourdon, du Bloc québécois. Le Parti vert n'a pas encore choisi de candidat.

Une circonscription « prenable »

Le Parti libéral fonde beaucoup d'espoirs sur Ahuntsic-Cartierville, une nouvelle circonscription issue de la refonte de la carte électorale. En effet, le nouveau contour de la circonscription avantage les libéraux, qui auraient remporté la dernière élection dans Ahuntsic-Cartierville si le découpage actuel avait été appliqué en 2011.

Ahuntsic-Cartierville, c'est aussi la circonscription qui compte le plus de militants libéraux au Québec, avec plus de 5000 membres. Plusieurs d'entre eux ont d'ailleurs pris leur carte au cours des derniers mois dans le cadre de la course à l'investiture.

Pour voir la fiche électorale de la circonscription sur un appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine