Retour

Les libéraux de l'Atlantique se rassemblent à Fredericton

Les élus libéraux de l'Atlantique se rencontrent à Fredericton mercredi pour travailler sur une stratégie de renforcement de l'économie régionale, de création d'emplois et de la nécessité de répondre aux besoins particuliers des résidents du Canada atlantique.

Un texte de Antoine Trépanier

La rencontre officielle, qui se déroulera mercredi, mettra en scène les premiers ministres des quatre provinces de l'Atlantique et des ministres du cabinet fédéral provenant de l'Atlantique.

Par voie de communiqué, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a déclaré mardi que les discussions porteront principalement sur la façon dont les deux ordres de gouvernement peuvent collaborer afin de relever les défis démographiques, dynamiser la croissance économique et favoriser la création d'emplois.

« En travaillant avec les autres gouvernements provinciaux au Canada Atlantique et avec le gouvernement fédéral, nous pourrons faire croître l'économie, investir dans l'éducation et améliorer la prestation des soins de santé », a déclaré le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant.

Parmi les ministres du gouvernement fédéral, on retrouve Judy Foote, Navdeep Bains, Lawrence MacAulay, Scott Brison et Dominic LeBlanc.

« Nous discuterons de la manière dont les gouvernements peuvent collaborer pour accroître la population de la région, stimuler le commerce international, continuer de lutter contre les changements climatiques et soutenir les soins de santé et les services offerts aux aînés », a affirmé le leader parlementaire du gouvernement fédéral, Dominic LeBlanc.

Une activité partisane par la même occasion

Par ailleurs, le Parti libéral du Nouveau-Brunswick profite directement de cette réunion des dirigeants de l'Atlantique. Une activité de financement a eu lieu mardi soir pour 300 invités qui auront payé au moins 250 $ chacun pour y assister.

« Ce sont des gens d'affaires de partout au Nouveau-Brunswick et partout au Canada atlantique qui se réunissent pour faire du réseautage avec des ministres fédéraux et les premiers ministres de l'Atlantique. À la fin de la journée, ce que nous voulons c'est de créer de l'activité économique dans cette province, et si nous pouvons amener les gens à côtoyer ces décideurs, nous le ferons », a déclaré à CBC le ministre de l'Énergie et des Mines du Nouveau-Brunswick, Donald Arseneault.

L'opposition officielle n'a pas tardé à critiquer ce qu'elle qualifie d'accès privilégié pour des gens qui peuvent se payer un tel souper. Le chef par intérim du Parti progressiste-conservateur, Bruce Fitch, a critiqué cette pratique.

Or, en 2013, le Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick avait profité de la visite de la première ministre de l'Alberta de l'époque, Alison Redford, pour organiser une activité de financement.

Cette activité partisane soulève certaines questions d'éthique, car le voyage des ministres a été payé par des fonds publics, mais le politicologue Yvon Grenier, professeur à l'Université Saint-François-Xavier, en Nouvelle-Écosse, ne voit pas grand mal dans ce cas précis.

« Je pense qu'ils ont véritablement une vraie réunion de travail. Une fois qu'ils sont là, ils font aussi une activité partisane. Bon, ce ne serait pas la première fois que ça s'est vu. Les conservateurs l'ont fait aussi. Ils devraient quand même faire gaffe un peu plus, mais je ne pense pas que ce soit un scandale en soi », affirme Yvon Grenier lors d'une entrevue à l'émission Le réveil Nouveau-Brunswick, de Radio-Canada Acadie.

Yvon Grenier ajoute que cette occasion de rencontre entre des gens d'affaires et des élus « n'est pas une mauvaise idée du tout ». Le fédéral prépare une stratégie d'investissement dans les infrastructures. Selon M. Grenier, les premières régions qui vont s'organiser et présenter des projets précis seront en quelque sorte avantagées.

Avec des informations de Jacques Poitras (CBC)

Plus d'articles