Retour

Les libéraux menacent de bouder le débat Munk

Le Parti libéral du Canada (PLC) risque de ne pas prendre part au débat Munk, qui sera consacré à la politique étrangère du Canada, si celui-ci n'est pas entièrement bilingue, alors que les organisateurs affirment qu'il n'avait été question que de « composantes bilingues ».

Dans une missive adressée à Munk Debates, le PLC souligne son « engagement à prendre part à un nombre égal de débats en français et en anglais au cours de cette campagne ». Il conditionne donc sa participation à ce débat, le 28 septembre prochain, à une plus grande utilisation du français dans les échanges. Cette langue est utilisée dans une proportion d'environ 20 % du débat, selon les règles actuelles.

Non à un débat dont l'accès est restreint et payant

Les libéraux ne semblent pas aimer non plus que seuls des Canadiennes et Canadiens triés sur le volet puissent assister au débat Munk, et que des frais d'entrée soient perçus à cette occasion.

Opposé à cette pratique, le parti de Justin Trudeau rappelle que « les jours où les dirigeants politiques débattaient devant l'élite la plus riche du pays sont révolus. Les débats devraient être ouverts à toutes les Canadiennes et à tous les Canadiens, peu importe l'endroit où ils vivent ou leur allégeance ».

Le PLC affirme soulever des « préoccupations très graves » et que sa décision de participer à ce débat sera tributaire de la réponse de Munk Debates.

Sur son site Internet, Munk Debates écrit que le débat est ouvert au public, mais les places sont limitées. Les billets sont vendus aux prix de 25 $ à 90 $.

Le NPD également préoccupé

Selon nos sources, le NPD est également préoccupé par le déséquilibre linguistique pour ce débat. Une conférence téléphonique entre les organisateurs du débat et les stratèges du NPD est prévue jeudi pour discuter du sujet.

Avant de confirmer sa présence à cet événement, Thomas Mulcair avait fait du bilinguisme une condition à sa participation. « L'institut Munk a décidé, à notre demande, de faire un débat complètement bilingue, à égalité en français et en anglais. On est ravi. Et donc on accepte de participer », avait-il dit.

Des « composantes bilingues » seulement

Dans un communiqué, les Munk Debates affirment qu'il n'avait jamais été convenu avec les trois chefs invités que le débat serait entièrement bilingue. Tout au plus, les organisateurs s'étaient engagés à inclure des « composantes bilingues » dans la joute oratoire.

Quant au prix des billets, ils expliquent que les revenus générés ne sont même pas suffisants pour défrayer les coûts du débat. Une aide financière est également fournie par la fondation Aurea, à l'origine de la création des Munk Debates.

Les conservateurs s'en prennent à Trudeau

Dans une brève déclaration transmise aux médias, le porte-parole de la campagne conservatrice, Kory Teneycke, affirme que la position du PLC n'est « pas vraiment une surprise ». « La campagne libérale sait que Justin n'est "tout simplement pas prêt" pour un débat substantiel sur les affaires étrangères », lance-t-il, rappelant le slogan utilisé par les conservateurs contre M. Trudeau.

Plus d'articles

Commentaires