Retour

Les libéraux ont élu leur chef, mais restent en crise, selon un analyste

Le Parti libéral du Manitoba s'est réveillé dimanche avec un nouveau leader à sa tête en la personne de Dougald Lamont qui s'est imposé face à Cindy Lamoureux et Jon Gerrard. Mais selon un observateur, le parti est encore loin de jouer le rôle auquel il aspire dans l'arène politique manitobaine.

Un texte de Pierre Verrière

La victoire de M. Lamont s'est faite après une longue journée samedi ponctuée de retards et de problèmes techniques au moment du vote. À l'annonce des résultats, le nouveau chef a même dû se faire confirmer sa victoire deux fois face à Cindy Lamoureux, avant de réaliser qu'il serait dorénavant le visage du Parti libéral.

Avec 296 voix contre 288, c'est donc lui qui a pour mission de mener les prochaines batailles politiques des libéraux manitobains. Mais pour un observateur chevronné de la vie politique provinciale, Roger Turenne, le Parti libéral a besoin de plus qu'un nouveau chef pour se remettre en ordre de marche.

« La façon dont le congrès s'est déroulé avec un cafouillage organisationnel, c'est un peu symbolique du fait qu'il n'y a pas grand-chose qui a changé depuis l'époque un peu chaotique de la dernière élection sous Rana Bokhari », estime M.Turenne.

Selon lui, la victoire de Dougald Lamont est davantage due au fait qu'il est déjà bien implanté au sein des instances du parti que par sa popularité parmi les militants.

« Ses appuis étaient plus solides et durables que ceux peut-être éphémères de Cindy Lamoureux », constate Roger Turenne qui se dit tout de même surpris par les résultats du scrutin.

Les élections de 2020 en ligne de mire

Le soir de sa victoire Dougald Lamont confiait aux journalistes être sûr de pouvoir remporter les élections provinciales en 2020.

Interrogé sur le fait qu'il ne siégerait pas à l'Assemblée législative, le chef du parti dit ne pas voir cela comme un problème. « J'aurais l'opportunité de voyager à travers le Manitoba et de parler avec les gens, mais je vais aussi participer avec Jon [Gerrard], Cindy [Lamoureux] et Judy [Klassen] et nous allons travailler ensemble », a expliqué Dougald Lamont qui espère remporter un siège d'ici 2020.

Au lendemain de sa défaite, Cindy Lamoureux était de retour dans son bureau de la circonscription de Burrows. La jeune députée qui a mené la course au premier tour avant de concéder la victoire à Dougald Lamont s'est dite prête à travailler avec le nouveau chef du parti même s'il ne siège pas en chambre.

« Cela s'est fait avant. Notre dernière chef en date, Rana Bokhari n'avait pas de siège non plus. C'est tout à fait possible, cela prend toutefois un peu de travail », a-t-elle déclaré.

De son côté, l'ancien chef du parti et troisième dans la course à la chefferie, Jon Gerrard, a indiqué le soir des résultats que le plus gros enjeu du parti désormais sera de réunir l'argent nécessaire à la prochaine campagne électorale de 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine