Retour

Les libéraux promettent un régime d'accession à la propriété élargi 

Un éventuel gouvernement libéral ne limiterait plus les motifs pour recourir au régime d'accession à la propriété à l'achat d'une première maison, en ajoutant à la liste certains événements pouvant chambarder une vie.

C'est l'un des éléments que le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, a ajoutés à ses promesses en matière de logement, qu'il a réitérées mercredi lors d'un passage à Toronto.

Ainsi, les Canadiens qui subissent « des changements importants et soudains dans leur vie, par exemple une relocalisation, le décès d'un conjoint, une rupture conjugale ou la décision d'héberger un membre âgé de la famille », selon la définition qu'en donne le Parti libéral, pourraient puiser dans leurs REER pour acheter une maison, sans pénalité fiscale.

M. Trudeau a aussi rappelé sa promesse d'investir 20 milliards de dollars en 10 ans dans les « infrastructures sociales », dans le cadre d'un plan plus large en matière d'infrastructures, précisant qu'il accorderait la priorité aux projets de logement abordable et de résidences pour aînés.

À cela, les libéraux ajoutent des incitatifs fiscaux de 125 millions de dollars pour augmenter l'offre de logements locatifs ou rénover des logements existants.

Le chef libéral a aussi énuméré quelques autres propositions en matière de logement :

  • rembourser à 100 % la TPS sur les immeubles locatifs neufs;
  • rétablir le soutien au programme « Logement d'abord » visant à sortir des personnes de l'itinérance;
  • demander à la Société canadienne d'hypothèques et de logement et à la Banque de l'infrastructure du Canada, une nouvelle structure dont la création est prévue dans le plan libéral, d'offrir du financement pour la construction de logements locatifs;
  • dresser l'inventaire des immeubles et terrains fédéraux inoccupés et en offrir certains à bas prix pour la construction de logements, lorsque les besoins sont importants;
  • recueillir des données sur les marchés immobiliers de Toronto et de Vancouver, pour voir si la spéculation empêche les Canadiens d'avoir accès à la propriété.

Réaction du FRAPRU

Dans un communiqué publié mercredi, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) déplore que l'investissement libéral englobe à la fois les subventions aux logements sociaux existants et les fonds destinés aux nouvelles constructions.

« Le FRAPRU presse le chef du Parti libéral de mettre fin à l'ambiguïté, en s'engageant sans plus tarder à financer le renouvellement des subventions aux logements sociaux à même le budget actuel de la SCHL au lieu de laisser celui-ci diminuer d'année en année. Les investissements dans les infrastructures sociales pourraient ainsi être consacrés entièrement à de nouveaux logements », affirme le porte-parole du FRAPRU, François Saillant, dans ce communiqué.

Plus d'articles

Commentaires