Retour

Les libéraux veulent-ils « enlever de l'argent » aux Canadiens? L'épreuve des faits

Depuis deux jours, le chef conservateur, Stephen Harper, tire à boulets rouges sur son adversaire libéral, Justin Trudeau. Il l'accuse de vouloir « enlever de l'argent » aux contribuables canadiens ainsi qu'aux petites entreprises. A-t-il raison?

Un texte de Denis-Martin Chabot

Les contribuables

D'abord, Stephen Harper reproche aux libéraux de vouloir hausser les cotisations au Régime de pensions du Canada (RPC). Pour les conservateurs, quelqu'un qui gagne 60 000 $ par année paierait 1000 $ de plus annuellement.

Vérification faite : c'est faux.

Les libéraux n'ont jamais dit qu'ils augmenteraient les cotisations au RPC, mais ils appuient la création d'un régime supplémentaire de pensions par le gouvernement de l'Ontario dont les cotisations seraient de 1,9 %. Les conservateurs extrapolent en disant que les libéraux appliqueraient cette mesure à tout le pays. Pourtant, aucune autre province n'a dit qu'elle emboîterait le pas à l'Ontario et créerait un régime de pensions supplémentaire. Néanmoins, les libéraux sont d'accord pour discuter d'une bonification du RPC avec les provinces.

Stephen Harper dit aussi que les libéraux augmenteraient les cotisations à l'assurance-emploi (AE) des travailleurs et que cela coûtera des centaines de dollars aux familles moyennes, année après année.

Encore une fois, c'est faux.

Les libéraux comptent réduire en 2017 les cotisations de 1,88 $ à 1,65 $ par 100 $ assurable. De leur côté, les conservateurs comptent les réduire à 1,49 $.

Les familles

Les conservateurs disent que les libéraux vont annuler le fractionnement du revenu, « qui bénéficie à des millions de familles et d'aînés et offre un allégement fiscal pouvant s'élever à 2000 $ par année », selon eux.

C'est vrai que Justin Trudeau veut l'annuler pour les familles, mais pas pour les aînés. Par ailleurs, selon différentes études, environ 85 % des familles canadiennes ne profitent pas du fractionnement du revenu.

Le chef conservateur dit que les libéraux vont annuler la Prestation universelle pour la garde d'enfants (PUGE), qui profite « à toutes les familles, offrant 1920 $ par année pour chaque enfant de moins de 6 ans et 720 $ par année pour les enfants de 6 à 17 ans. »

Ce n'est pas toute la vérité. Les libéraux entendent remplacer la PUGE par l'Allocation canadienne aux enfants, qui s'appliquerait à 9 familles sur 10. Au net, une famille avec deux enfants et des revenus totalisant 90 000 $, obtiendra 2575 $ de plus par année que ce qu'ils auraient reçu avec la prestation des conservateurs, selon les calculs du Parti libéral.

La classe moyenne

Il est vrai que les libéraux annuleraient l'augmentation de 5500 $ à 10 000 $ du plafond annuel de contribution du compte d'épargne libre d'impôt (CELI), une mesure récente du gouvernement conservateur.

Le Directeur parlementaire du budget a publié deux rapports en 2015 précisant notamment que cette mesure est profitable pour les gens à revenu moyen à élevé.

Stephen Harper souligne aussi que Justin Trudeau souhaite hausser à 33 % le taux d'imposition marginal pour ceux qui ont un revenu de 250 000 $ et plus.

C'est vrai. Ce taux d'imposition le plus élevé est actuellement de 29 %. La hausse des libéraux toucherait les 1 % des contribuables les mieux nantis.

Pour consulter le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.

Toutefois, Stephen Harper ne dit pas que les libéraux baisseraient en même temps le taux marginal d'impôt de la classe moyenne de 22 % à 20,5 % (pour ceux dont le revenu imposable se situe entre 44 700 $ et 89 401 $), soit un gain de jusqu'à 670 $ par personne ou 1340 $ par couple.

Pour consulter le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.

Les étudiants et les aînés

Les conservateurs accusent aussi les libéraux de vouloir annuler le crédit d'impôt pour études, qui offre un allégement fiscal moyen de 480 $ à chaque étudiant postsecondaire, et le crédit d'impôt pour les manuels.

C'est vrai, mais les libéraux augmenteraient les montants du Programme canadien de prêts aux étudiants (prêts et bourses). Par exemple, le plafond passerait de 2000 $ à 3000 $. Les deux crédits d'impôt du Parti conservateur profitent à tous, riches comme pauvres. Le plan des libéraux privilégie avant tout ceux qui sont dans le besoin.

Le Parti conservateur soutient que le Parti libéral éliminerait d'autres crédits d'impôt qui aident les familles et les aînés, dont le crédit d'impôt pour la condition physique des enfants d'une valeur de 1000 $ et le crédit d'impôt pour l'accessibilité domiciliaire pour les aînés, d'une valeur de 1500 $.

Ce n'est pas exact. Les libéraux n'ont pas dit qu'ils élimineraient tous les crédits d'impôt, mais plutôt qu'ils les réviseraient. Et Justin Trudeau a dit le 12 octobre qu'il ne couperait pas les crédits ci-mentionnés.

Les conservateurs accusent aussi les libéraux de vouloir imposer une taxe sur le carbone qui augmenterait le prix de nombreuses dépenses courantes.

Les libéraux n'ont jamais dit qu'ils imposeraient une taxe sur le carbone. Certes, l'ancien chef du PLC Stéphane Dion le prônait en 2008, mais ce n'est pas au programme cette fois. Les libéraux disent qu'ils veulent rencontrer les provinces dans les 90 jours suivant les élections pour discuter de cibles de réduction des gaz à effet de serre.

Les petites et moyennes entreprises

Stephen Harper accuse aussi Justin Trudeau de vouloir augmenter l'imposition des petites entreprises, puisqu'il a dit pendant la campagne « qu'un fort pourcentage » de petites entreprises ne sont qu'un moyen pour les riches de ne pas payer d'impôt.

Or, les libéraux comptent baisser le taux d'imposition des PME de 11 % à 9 %. Il est vrai cependant qu'il veut s'assurer « que c'est en train d'aider les gens qui ont réellement besoin de cette aide ».

Pour voir ce graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine