Retour

Les partis multiplient les assemblées d'investiture en prévision des élections québécoises

Les prochaines élections générales québécoises n'ont beau être prévues que dans six mois, les diverses formations politiques sont déjà actives sur le terrain et s'empressent de trouver des candidats.

De semaine en semaine, les annonces électorales se multiplient; dimanche, le Parti québécois (PQ) a ainsi confirmé la participation de deux de ses candidats au prochain scrutin. Idem pour Québec solidaire (QS), dont le co-porte-parole Gabriel Nadeau Dubois portera officiellement les couleurs dans la circonscription de Gouin, sur l'île de Montréal.

Dans Taillon, en Montérégie, c'est au son d'une musique triomphante que le chef péquiste Jean-François Lisée a fait son entrée sur scène pour soutenir sa députée sortante Diane Lamarre.

Avec 22 candidats investis sur un total de 125 circonscriptions, le PQ mène pour l'instant le bal des confirmations.

Comme l'indique M. Lisée, la machine électorale souverainiste tourne rondement : « Le Parti québécois a de loin, de très loin, le plus de dons électoraux de l'ensemble des partis. La CAQ [Coalition avenir Québec] est en quatrième place, donc je ne sais pas ce qui se passe de leur côté. Nous, on a une organisation qui est forte. »

La CAQ et le Parti libéral du Québec ne sont toutefois pas loin derrière dans la « course » aux investitures, les deux formations ayant confirmé la participation de 18 candidats chacune.

Selon ce que mentionne le ministre libéral Martin Coiteux, les annonces se multiplieront au cours des prochaines semaines.

« C'est un crescendo, tout ça. Quand on connaît la date des élections, on a le temps de prévoir. Ça se fait graduellement; il y a déjà un nombre [d'annonces] qui ont été faites [et] il y en aura d'autres prochainement », a-t-il indiqué.

Du côté de Québec solidaire, en tenant compte de la candidature de Gabriel Nadeau-Dubois dans Gouin, on en est à une dizaine de confirmations en vue de la joute électorale.

« On a un rythme différent, reconnaît le co-porte-parole, mais je vous dirais qu'au cours des prochaines semaines, ça va se mettre en deuxième vitesse. Il n'y a jamais eu de machine [politique] si bien organisée et financée et la prochaine campagne sera la plus grande de notre histoire. »

Les électeurs québécois ont rendez-vous aux bureaux de vote le 1er octobre prochain.

Avec les informations de Sarah Sanchez

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards