Retour

Les personnes adoptées veulent avoir un accès illimité à leur dossier

Le Mouvement Retrouvailles, qui offre du soutien aux personnes adoptées, demande à Québec d'accélérer l'étude du projet de loi 113, qui vise à modifier le Code civil pour permettre aux personnes adoptées au Québec d'accéder à l'identité de leurs parents biologiques sans que ceux-ci aient donné leur consentement.

Pour le moment, les gens qui ont été adoptés n’ont accès à aucune information concernant leurs parents biologiques si ceux-ci n’ont pas donné leur accord officiel pour qu’elles soient divulguées, et ce, même si le parent est mort ou introuvable.

Le projet de loi 113 en est rendu à l’étape de l’étude en commission parlementaire, ce qui devait être fait en février. Le Mouvement Retrouvailles a toutefois appris que cette étape était reportée à une date inconnue, avant la fin du mandat du gouvernement libéral.

La présidente et coordonnatrice provinciale du Mouvement Retrouvailles, Caroline Fortin, se demande maintenant pourquoi on tarde tant à faire avancer le dossier et s’inquiète de voir le projet de loi mourir au feuilleton.

« Des fins de mandats, on en a connu plus d’une. Ce que ça fait, c’est que le projet de loi ne passe pas et on recommence », dit-elle.

Il y a urgence en la demeure. Les gens sont vieillissants, plusieurs parents biologiques sont déjà décédés. Donc, ouvrez les dossiers. C’est vraiment important pour des milliers de Québécoises et Québécois.

Caroline Fortin, du Mouvement Retrouvailles

Mme Fortin souligne que le Québec est à la traîne sur ce sujet par rapport à la plupart des autres provinces canadiennes. En fait, en plus du Québec, seules les provinces de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick n’ont pas encore modifié leurs lois pour mettre fin à la confidentialité des dossiers d’adoption.

Il y a des personnes qui ont 60, 70, 80 ans qui recherchent leur identité et leurs antécédents médicaux. Pour eux, mais aussi pour leurs enfants et leurs petits-enfants, c’est très important.

Caroline Fortin, du Mouvement Retrouvailles

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir