Retour

Les pompiers menacent la ville de Moncton pour avoir changé d’assureur

Les pompiers s'opposent au changement de fournisseur de service d'assurance collective de Moncton. Selon eux, cette décision de la Ville est une violation de leur convention collective.

Dans une lettre dont Radio-Canada a obtenu copie, le syndicat des pompiers menace même d'intenter une « action légale » contre la Municipalité.

L’Association des pompiers de la ville de Moncton a l'intention de poursuivre la Municipalité pour violation de leur convention collective.

Le conseil municipal a décidé de se séparer de Croix Bleue Medavie. Elle confie le contrat des assurances de base, d'invalidité de longue durée, dentaire et d'assurance maladie complémentaire à trois autres compagnies.

Informé et déçu des discussions en cours, le syndicat des pompiers a fait parvenir le 14 février une lettre à la directrice générale des ressources humaines et services corporatifs, Laurann Hanson.

Le syndicat avance que de changer de fournisseur de service sans son consentement contrevient à leur convention collective.

Pour la directrice des communications de Moncton, Isabelle Leblanc, la Ville et les pompiers ne sont pas tout à fait sur la même longueur d’onde. « Je crois qu’il y a divergence entre le syndicat des pompiers et la Municipalité concernant l’interprétation d’une des clauses de leur contrat, déclare Mme Leblanc. Pour le moment, sans savoir s'ils vont avoir recours à la procédure de grief ou non, c'est difficile de fournir plus d'informations. »

Le syndicat des pompiers soutient que Croix Bleue Medavie a offert un taux plus bas pour les assurances collectives des employés de la Ville en 2018, mais qu'elle aurait refusée la proposition.

Dans les documents de la ville de Moncton, les avantages sociaux des employés coûtaient environ 4,52 millions $ par année. Mais le nouveau programme leur permettrait de réaliser une économie puisqu’il est évalué à 3,93 millions $.

Ignorés, disent les pompiers

L'Association des pompiers mentionne avoir été tenue à l'écart.

La directrice des communications de la Ville de Moncton affirme le contraire. Mme Leblanc mentionne que le Syndicat des pompiers a bel et bien fait partie des discussions. « Tous les syndicats étaient assis autour de la table. Ils ont vu ce que les finalistes [compagnies soumissionnaires] avaient comme proposition. »

Les trois autres syndicats acceptent la décision du changement de fournisseur de service pour leur assurance collective précise la Ville.

L'Association des pompiers de Moncton n'a pas retourné notre demande d'entrevue.

Avec les informations de Nicolas Steinbach

Plus d'articles