Retour

Les premiers ministres du Canada et de l'Irlande vantent les mérites du libre-échange

Commerce, climat, multilatéralisme : les priorités communes que partagent les gouvernements canadien et irlandais sont nombreuses et les premiers ministres des deux pays n'ont pas manqué de les souligner à l'issue d'une rencontre bilatérale mardi matin à Dublin.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

« Nous avons tous les deux une relation importante avec de très grands voisins. Des voisins qui ont décidé d'aller dans leur propre direction », a lancé au début de son point de presse le premier ministre irlandais, Leo Varadkar.

Face au protectionnisme de l'administration Trump et au Brexit au Royaume-Uni, Ottawa et Dublin ont voulu parler d'une seule voix sur la question du libre-échange.

Le gouvernement de centre droit de Leo Varadkar en Irlande fait du libre-échange une priorité. Son pays est membre de l'Union européenne et fait donc partie de l'Accord économique et global commercial (AECG), l'entente de libre-échange entre le Canada et l'Europe.

Justin Trudeau et le premier ministre irlandais ont par ailleurs réitéré leur volonté de faire de la lutte contre les changements climatiques une priorité.

À quelques jours de la rencontre des dirigeants du G20, à Hambourg, le premier ministre Trudeau a évoqué le besoin d'engager le dialogue sur cette question. Le G20 sera le premier grand rendez-vous international à avoir lieu depuis que l'administration Trump a annoncé son intention de se retirer de l'Accord de Paris.

Opposition à l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Europe

Si les premiers ministres ont vanté en point de presse ce matin les bienfaits de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Europe, notamment pour les travailleurs, certains en Irlande craignent les conséquences négatives de l'entrée en vigueur de l'entente.

Il en a notamment été question dans la couverture médiatique irlandaise entourant le séjour de Justin Trudeau en Irlande.

Dans un article, le Irish Independant rappelle que le traité est toujours contesté en Irlande, notamment par les producteurs bovins, qui craignent l'arrivée massive de produits canadiens sur leur marché.

Le Parlement européen de Strasbourg a voté en faveur de l'accord en février. Les parlements nationaux des pays membres de l'Union européenne et certaines législatures régionales doivent maintenant donner leur feu vert.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine