Dans les couloirs du centre de conférence de Vancouver, difficile de compter toutes les poignées de main auxquelles on assiste. Un entrepreneur avec qui nous marchons quelques minutes seulement a le temps d'entamer la discussion avec deux élus, d'ordres de gouvernement différents. La conférence Globe, qui se déroule en parallèle avec d'importantes rencontres politiques sur l'environnement, est une véritable grand-messe du monde des technologies vertes.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Dès qu'on entre dans le centre de conférence, le ton est donné. Une voiture électrique du constructeur allemand BMW saute aux yeux. Comme quoi le Globe, événement biennal dans la métropole de la Colombie-Britannique, n'attire pas que des PME spécialisées en réduction d'émissions de gaz à effet de serre et en technologies vertes.

Cette année, quelque 3000 organisations, entreprises, groupes environnementaux et gouvernements municipaux et provinciaux sont représentés à Vancouver. L'événement comprend une exposition, mais également plusieurs ateliers et forums de discussion portant sur une multitude de sujets liés à l'économie, à l'environnement et au développement durable.

Dans la grande salle d'exposition, les 250 exposants veulent montrer qu'ils sont plus verts et plus innovants les uns que les autres. L'éventail d'idées et de produits est très large. Cela va d'entreprises qui exploitent les énergies fossiles et qui veulent mettre de l'avant certaines initiatives plus environnementales à des compagnies spécialisées dans des techniques d'isolation, qui limitent la perte d'énergie. À cet autre kiosque, une entreprise présente une technologie qui permet de transformer des déchets en énergie.

Il n'y a pas que les grandes compagnies automobiles qui profitent de l'occasion pour vanter leurs produits : dans la grande salle d'exposition du Globe, on aperçoit certaines voitures aux allures futuristes.

L'exposition n'est pas seulement une manière d'impressionner les visiteurs. Elle permet aussi la mise sur pied de partenariats d'acteurs du monde des technologies vertes, croit Amélie St-Onge, d'Exportation et développement Canada (EDC). Elle indique, par exemple, que beaucoup d'entrepreneurs peuvent prendre contact pendant l'événement avec des investisseurs prêts à mettre rapidement de l'argent sur la table.

.La politique n'est jamais bien loin

Bien des gouvernements provinciaux ont aussi pignon sur rue. En plus des kiosques, il y a les discours. Plusieurs politiciens canadiens ont profité de cette édition du Globe, qui se déroule en même que la rencontre entre le fédéral, les provinces et les territoires, pour parler de lutte contre les changements climatiques.

Justin Trudeau et la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, ont livré des allocutions à l'ouverture de l'événement. Les premiers ministres du Québec, de l'Ontario, du Manitoba et de l'Alberta doivent aussi participer à des événements pendant le Globe 2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine