Retour

Les travailleurs de l'aide à l'enfance de North Bay et Parry Sound sont en lock-out

Les travailleurs de la Société d'aide à l'enfance dans le secteur de North Bay et Parry Sound se sont retrouvés devant des portes closes vendredi matin. La section locale de la Société a déclaré un lock-out.

Environ 140 membres du Syndicat de la fonction publique (SCFP) du local 2049 ont commencé à effectuer du piquetage à partir de 9 h ce matin devant les bureaux de l'administration sur la rue Main à North Bay.

La semaine dernière, le syndicat a rejeté la dernière offre patronale à 87 %.

La présidente de la section locale du syndicat, Debbie Hill, affirme que les deux parties prenantes au conflit sont loin de s'entendre sur de nombreuses clauses.

Elle ajoute que la charge de travail est un des principaux points de discorde. De nombreux employés sont surchargés, parce que des postes vacants ne sont pas remplis et que le langage contractuel entourant les licenciements n'est pas « juste ».

« Garder les piquets de grève durant les Fêtes sera difficile, mais nos membres sont forts », dit-elle. « Nous essayons d'accommoder nos membres pour qu'ils aient du temps avec leur famille, ce qui est très important, particulièrement quand ils doivent composer avec ce stress. »

Debbie Hill déclare que plusieurs de ses membres pensent aussi aux familles de leurs clients et les enfants, avec qui ils ont développé de forts liens.

Nous pensons réellement que c'est un combat que nous devons supporter, pas seulement pour nos membres, mais pour les familles et les enfants.

Debbie Hill, présidente de la section 2049, SCFP

Les congés de maladie au cœur du conflit

La directrice générale de la Société d'aide à l'enfance de Nippising et Parry Sound, Gisele Hebert, dit qu'elle a essayé d'éviter un lock-out durant le temps des Fêtes, mais comme le syndicat a rempli un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation avec le ministère du Travail, cela devait arriver le 23 décembre.

Un tel rapport démarre le compte à rebours pour une grève obligatoire s'il n'y a pas d'entente.

La directrice générale explique que la question des congés de maladie est le principal point en litige. Elle affirme que ses employés réclament deux fois plus de congés que leurs collègues des autres sociétés d'aide à l'enfance.

Les coûts engendrés par les congés de maladie en 2015 se sont élevés à 389 000 $. Dans l'offre qui a été rejetée mardi dernier, la partie patronale proposait de payer 100 % du salaire pour les dix premiers jours et 75 % pour les jours suivants.

Pour l'instant, les employés ont droit à sept semaines de congé de maladie annuel avec solde.

Elle croit que cela ne vaut pas la peine de planifier de nouvelles rencontres de négociations à ce point.

« Vous savez, nous nous concentrons sur des changements aux prestations de maladie et ils veulent des améliorations au programme que nous leur offrons déjà », ajoute-t-elle.

Nous sommes loin de nous entendre et cela ne ferait aucun sens de se rencontrer, si tout le monde reste sur ses positions.

Gisele Hebert, directrice générale, Société d'aide à l'enfance de North Bay et Parry Sound

Bien que certains programmes soient suspendus, la Société a un plan pour conserver les services essentiels. Cela inclut « des personnes retraitées et des employés d'autres agences pour nous assister », déclare-t-elle.

« Nous croyons que notre plan de contingence est bon et nous continuerons de travailler pour servir les enfants dans le besoin et leurs familles », conclut-elle.

Avec les informations de CBC et Jean-Loup Doudard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine