Retour

Les vacances provoquent un jeu de chaises musicales au Conseil des ministres

Bien que la nouvelle soit complètement passée sous le radar, depuis jeudi, Martin Coiteux est le nouveau ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Stéphanie Vallée a été nommée responsable des Affaires autochtones et David Heurtel est titulaire du portefeuille de la Forêt, de la Faune et des Parcs.

N'ajustez pas votre appareil : il n'y a pas eu de remaniement ministériel.

Tous les étés, le ministère du Conseil exécutif doit émettre un décret afin d'assurer que les ministres en vacances soient officiellement remplacés par leurs collègues à qui l'on aura « conféré temporairement les pouvoirs, devoirs et attributions » liés à leurs fonctions.

Le décret pour l'été 2017, adopté le 21 juin et publié hier dans la Gazette officielle du Québec, nous apprend ainsi que le ministre des Finances, Carlos Leitao, est le champion des vacances d'été, avec un total de quatre semaines d'absence. Parmi ses substituts, on note que le président du Conseil du Trésor, Pierre Moreau, l'a remplacé une première fois au début de juillet et assumera aussi ses fonctions durant la première semaine du mois d'août.

Les ministres Dominique Anglade, Luc Blanchette et Laurent Lessard auront également été ministre des Finances durant une semaine à la fin de l'été.

M. Moreau, qui était revenu au Conseil des ministres en janvier dernier après avoir dû s'absenter à cause d'une grave maladie durant près d'un an, semble tout à fait remis. Il ne prévoit que cinq jours consécutifs d'absence pour tout l'été.

Il est par ailleurs fort occupé cet été puisqu'il occupait également les fonctions de ministre des Affaires municipales et de ministre de la Sécurité publique le week-end dernier en remplacement de son collègue Martin Coiteux.

Pierre Moreau, qui a d'ailleurs été appelé à agir à titre de responsable de la Sécurité publique dans un dossier de décès d'enfant en fin de semaine dernière, fait toutefois valoir que la charge additionnelle n'est pas excessive pour autant.

Le multiministre a remis les choses en perspective avec une pointe d'humour météorologique : « Au mois de juillet, c'est plutôt tranquille [...] L'été au Québec, ça dure entre le 2 juillet et le 3, à peu près, alors les gens en profitent dans cette période pour s'absenter et cette année l'été n'a pas été très beau... encore! »

Très sollicités

M. Moreau n'est pourtant pas le plus sollicité, ce sont plutôt les ministres Lucie Charlebois, Pierre Arcand et Geoffrey Kelly. Ils effectueront chacun trois remplacements.

La charge de Mme Charlebois sera tout de même assez lourde à la fin de juillet puisque, durant environ deux semaines, elle sera à la fois ministre de la Santé, ministre responsable des Aînés et ministre du Travail en plus d'assumer son rôle de ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie.

Pierre Arcand aura aussi cumulé à la fin de l'été 2017 la responsabilité des Affaires autochtones, de la Forêt, de la Faune et des Parcs ainsi que de l'Économie, de la Science et de l'Innovation.

Quant à Geoffrey Kelley, il aura eu la charge des Affaires municipales et de la Sécurité publique, de la Forêt, de la Faune et des Parcs ainsi que des Relations canadiennes.

Étonnamment, plusieurs ministres ne prennent pas de vacances, dont l'hyperactive Lucie Charlebois. Le premier ministre Philippe Couillard ne s'octroie aucune absence prolongée, mais se livrera à l'une de ses grandes passions, la pêche, à raison d'une journée ici et là.

Pas d’excès

Peu de règles entourent les vacances des ministres. Les demandes de vacances sont soumises à l'approbation du ministère du Conseil exécutif et c'est le chef de cabinet du premier ministre qui les approuve et s'assure de la gestion des absences afin que le gouvernement soit toujours en mesure de fonctionner.

Les lois et règlements entourant les conditions de travail des députés et ministres ne touchent en effet que les questions de rémunération, de primes, de dépenses, les régimes de retraite et ainsi de suite.

Tout au plus, le Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale indique-t-il à son article 35 que « le député fait preuve d'assiduité dans l'exercice de ses fonctions. Il ne peut, sans motif valable, faire défaut de siéger à l'Assemblée nationale durant une période déraisonnable ».

Les ministres sont toutefois extrêmement sollicités sept jours sur sept durant toute l'année; d'éventuels excès de vacances ne tarderaient pas à être remarqués et étalés sur la place publique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine