Retour

Lisée veut lancer une discussion sur l'interdiction de la burqa

L'aspirant chef du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée s'est dit ouvert jeudi à interdire la burqa dans l'espace public, alors que le thème de la laïcité est devenu une pomme de discorde dans la course à la direction.

M. Lisée est à Québec pour dévoiler de nouveaux appuis, dont les ex-ministres Linda Goupil et Matthias Rioux. Mais plusieurs des questions des journalistes portaient sur sa position sur la laïcité.

En point de presse, M. Lisée a rappelé que plusieurs pays européens ont légiféré dans le sens d'une interdiction de la burqa.

Il s'agit, dit-il, d'une « discussion » qu'il veut engager, et non d'une position formelle.

« Si je suis premier ministre du Québec, mon premier devoir c'est d'assurer la sécurité des Québécois. Et nous savons que des gens recrutent chez nous, qui veulent tuer des Québécois », a dit le candidat péquiste à Québec.

Il a par la suite suggéré que certaines personnes de mauvaise foi pourraient utiliser le voile intégral pour « s'extraire à la vue publique ». Un « danger » qui pourrait justifier d'interdire la burqa.

Lors de ce point de presse, le candidat à la direction du PQ a également accusé le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, de « banaliser » la ségrégation des sexes, en visitant récemment une mosquée d'Ottawa où les hommes et les femmes étaient séparés.

Ces derniers jours, M. Lisée a proposé d'amorcer un dialogue avec les employés de l'État sur la question du port de symboles religieux, politiques ou sociaux, qui se traduirait par des démarches volontaires.

Son principal adversaire dans la course, Alexandre Cloutier, l'accuse de créer des divisions dans le mouvement souverainiste avec sa « charte des valeurs 3.0 ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine