Retour

Lock-out à l'UQTR : la direction dépasse le délai de 48 heures

À l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), la direction s'est réunie au-delà du délai de 48 heures fixé par la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, pour la levée du lock-out des professeurs. L'ultimatum expirait à 14 h dimanche.

Le conseil d'administration de l'établissement a tenu une séance extraordinaire à huis clos à 17 h concernant le renouvellement de la convention collective des professeurs.

La direction a affirmé qu'elle n'émettrait aucun commentaire au terme de cette rencontre.

La ministre Hélène David attend pour sa part la fin de la séance extraordinaire avant de réagir.

Quant aux professeurs en lock-out, ils ont laissé savoir leur intention de ne pas interférer dans le processus, selon une note diffusée par le porte-parole du Syndicat des professeures et professeurs de l'Université, Jason Luckerhoff.

« Les professeurs veulent laisser les acteurs concernés tenir cette réunion sans pression indue de la part des professeurs. Cela dit, nous souhaitons bien sûr une entente négociée et une fin rapide au conflit. Nous avons toujours négocié de bonne foi et nous continuons à le faire. Nous laissons le CA prendre sa décision dans le respect et dans l'intérêt de l'UQTR », écrit Jason Luckerhoff.

Vendredi, la direction de l'UQTR a déposé une offre à la table de négociations, mais elle l'a directement envoyé aux 440 professeurs en lock-out, passant donc par-dessus le syndicat. La stratégie a été qualifiée d'illégale par l'exécutif syndical.

Les professeurs sont en lock-out depuis le 2 mai dernier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine