Retour

Longues files d’attente et manque de bulletins de vote à Calgary

Environ 58 % des électeurs à Calgary se sont rendus aux urnes lors des élections municipales lundi soir, mais de nombreux problèmes de logistique ont un peu terni la soirée.

Le taux de participation était le plus élevé depuis 40 ans. Les temps d’attente étaient longs dans plusieurs bureaux, allant jusqu’à deux heures pour pouvoir aller voter.

Certains bureaux ont manqué de bulletins de vote en après-midi, ce qui a empiré la situation. La Ville n’a pas pu dire combien de bureaux ont manqué de bulletins, mais confirme qu’ils étaient nombreux.

Le bureau des élections dit préparer assez de bulletins pour un taux de participation de 105 %, soit plus de bulletins que d’électeurs. Pour des raisons de sécurité, les bureaux sont seulement équipés avec assez de bulletins pour un taux de 50 à  60 %.

Les électeurs devaient donc attendre pour que des bulletins supplémentaires se rendent aux bureaux.

Au lendemain des élections, les responsables ont présenté leurs excuses aux électeurs. « Nous voulons nous excuser pour le temps d'attente et les retards pour les résultats hier soir », dit Glenda Cole, avocate de la Ville de Calgary.

Le site web d’Elections Calgary a aussi éprouvé de difficultés. Plus de trois millions de visites au courant de la soirée électorale, soit le triple des visites lors des élections de 2013, ont causé des lenteurs et des messages d’erreurs.

Un problème évitable

Selon la politologue Lori Williams, ce sont des problèmes qui auraient pu être évités. Plusieurs nouveautés, comme des bureaux mobiles et un guichet pour les automobilistes, ont augmenté le taux de participation lors du vote par anticipation.

« On savait qu’il y aurait un haut taux de participation, explique Lori Wiliams. Ils étaient non seulement mal préparés, mais ont fait des erreurs inexplicables. »

Elle ne croit pas cependant que les problèmes aux bureaux de vote aient eu un impact sur les résultats. Mme Williams pense qu’une enquête indépendante devrait avoir lieu pour éviter que les erreurs ne se répètent.

Du jamais vu

Laura Kennedy, la directrice du scrutin, avoue que c’était la plus longue nuit de sa carrière, qui date de plus de 20 ans. Les résultats non officiels étaient disponibles seulement vers 6 h le lendemain matin.

Elle admet que le processus de comptage, qui est toujours fait à la main, est désuet. Elle croit que des tabulatrices, ces machines qui comptent les votes au fur et à mesure, seraient plus efficaces.

Elle affirme aussi que la politique sur les stocks de bulletins de vote pourrait être améliorée aussi. « Ce n’est pas parfait, et c’est un système que nous allons regarder davantage », explique Laura Kennedy.

La Ville fera une évaluation de ces processus, afin de déterminer comment mieux faire lors des prochaines élections. Le rapport sera présenté au conseil municipal et à l’administration de la Ville avant la fin de 2018.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine