Retour

Louise Beaudoin élevée au rang de Grande officière de la Légion d'honneur

L'ancienne politicienne québécoise Louise Beaudoin sera élevée au rang de Grande officière de la Légion d'honneur ce midi en France. Ancienne députée et ministre du Parti Québécois, Mme Beaudoin recevra cet honneur des mains du président français, François Hollande, au Palais de l'Élysée, à Paris.

Louise Beaudoin deviendra ainsi l'une des très rares personnalités québécoises à accéder à la Légion d'honneur, la plus haute décoration honorifique française.

Mme Beaudoin rejoindra ainsi les anciens premiers ministres québécois René Lévesque (1977) et Robert Bourassa (1997 à titre posthume) et du Canada Wilfrid Laurier (1897).

Institué le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte, l’ordre national de la Légion d’honneur est la plus haute distinction honorifique française. Bien que ses origines soient militaires, elle est également décernée à des civils. La distinction compte cinq échelons soit trois grades et deux dignités, l’échelon ultime étant Grand-croix :

  • Chevalier (grades)
  • Officier (grades)
  • Commandeur (grades)
  • Grand officier (dignités)
  • Grand-croix (dignités)

« Pour moi, c’est tout simplement la consécration des 45 dernières années parce que j’ai beaucoup travaillé dans ce cadre franco-québécois », a déclaré Mme Beaudoin au cours d’une entrevue accordée à ICI RDI. « Moi, j’aime la France, et je me suis beaucoup investie dans la relation politique franco-québécoise, tant à la gauche qu’à la droite du spectre politique, mais dans la coopération, je crois. »

Louise Beaudoin insiste sur l’importance des liens entre la France et le Québec, soulignant les 10 000 Français qui fréquentent les universités québécoises et qui s’installent au Québec. Elle souligne également les 4 milliards de dollars d’échanges économiques entre les deux États

Mme Beaudoin estime qu’il faut continuer de développer des contenus culturels francophones. « Il faut qu’on continue de vivre en français, à produire en français, à se divertir en français […] et pour ça, il faut avoir une alliance privilégiée avec la France. » Prévoyant l’émergence du multilinguisme internationale et l’émergence de plusieurs langues comme le Portugais et du Russe notamment, elle souhaite que le Français demeure une « grande langue internationale ».

Âgée de 71 ans, Mme Beaudoin a été ministre déléguée aux Affaires intergouvernementales canadiennes dans le cabinet de Jacques Parizeau (1994-1996), ministre de la Culture et des Communications (1995-1998). ministre des Relations internationales dans le cabinet de Lucien Bouchard (1998-2001) en plus d’occuper ce même poste dans le cabinet Bernard Landry (2001-2003).

Mme Beaudoin a également été déléguée générale du Québec à Paris au cours des années 1980.

Plus d'articles