Retour

Madeleine Meilleur : une connaissance imparfaite de la Loi sur les langues officielles, juge la SANB

Le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), Kevin Arseneau, affirme que Madeleine Meilleur n'a pas démontré qu'elle a une bonne connaissance de la Loi sur les langues officielles lors de sa comparution devant le Sénat, lundi soir. Mme Meilleur a tenté de défendre sa nomination à titre de commissaire aux langues officielles.

La SANB suit de près le processus devant mener à la confirmation de cette nomination. Elle estime que le processus de sélection des fonctionnaires du Parlement n'a pas été suivi et exige sa reprise.

L'organisme a également annoncé lundi qu'il déposerait une demande de contrôle judiciaire à la Cour fédérale.

« Malheureusement, Mme Meilleur n’a pas été très convaincante au niveau de sa compréhension des différentes communautés minoritaires [francophones] à travers le Canada », affirme-t-il au sujet de la prestation de Mme Meilleur devant le Sénat canadien.

Il insiste sur le fait que Mme Meilleur a concentré son discours sur les communautés francophones de Toronto et d’Ottawa, excluant celles des autres provinces. Cela démontre, selon lui, que l’ancienne procureure générale de l'Ontario n’a pas une « connaissance très importante de la Loi sur les langues officielles ».

La Société de l'Acadie juge que la nomination de Mme Meilleur est partisane.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine