Retour

Manifestations au Québec contre les coupes dans les CPE

Des rassemblements pour dénoncer les coupes de 120 millions de dollars dans les services de garde subventionnés se sont tenus dimanche dans 18 villes du Québec, dont Montréal.

Le mouvement de solidarité vise à faire reculer le gouvernement Couillard. À Montréal, plusieurs milliers de personnes se sont réunies à la place Émilie-Gamelin.

Organisées par l'Association québécoise des centres de la petite enfance, le plus important regroupement de CPE, les manifestations sont aussi appuyées par le Parti québécois et Québec solidaire.

Un ancien élu libéral, Gilles Ouimet, qui a quitté l'Assemblée nationale pour se consacrer à sa famille, a écrit sur Twitter qu'il participait lui aussi à la manifestation.

Les manifestants, autant des éducateurs que des parents et de simples citoyens, estiment que les compressions peuvent avoir un effet très important sur l'avenir des CPE. Les compressions, disent-ils, auront notamment un effet direct sur les enfants qui ont des retards d'apprentissages parce que les éducateurs spécialisés qui leur viennent en aide sont généralement les premiers sacrifiés lorsque le financement diminue.

« Si on coupe les budgets, c'est sûr qu'ils ne pourront plus faire ce qu'ils font là. Il va falloir qu'ils décident où est-ce qu'ils coupent. Ça peut être bien des choses. Ça peut être l'aide à mon garçon », s'inquiète Anne Loiselle, une mère qui participait à la manifestation montréalaise.

Le président de l'Association québécoise des centres de la petite enfance, Louis Sénécal, soutient que les compressions menacent entre 2000 et 2500 emplois, dont 900 dans la seule région de Montréal.

M. Sénécal estime que le gouvernement a fait un choix politique qui ne tient plus, étant donné que les finances publiques se sont améliorées. Québec prévoit désormais des surplus.

L'Association souligne d'autre part que les nouveaux tarifs modulés selon le revenu iront chercher 170 millions de dollars de plus chez les parents.

D'autres moyens de pression sont prévus par l'Association, dont la fermeture d'établissements, soit pour quelques heures ou des journées complètes, à compter du mois de mars.

L'Association a rencontré le nouveau ministre de la Famille, Sébastien Proulx, jeudi, et dit avoir noté une ouverture à la négociation, bien que le ministre ait réitéré son objectif de réduction de financement de 120 millions de dollars.

« C'est un pas dans la bonne direction de changer d'interlocuteur, parce qu'on avait de la difficulté dans le passé. Ceci dit, si le mandat est le même - et il semble que ce soit le même - ça risque d'être difficile de penser qu'on s'en va dans une autre direction », dit Louis Sénécal. « Il faut que le premier ministre arrive maintenant avec les meilleures nouvelles c'est-à-dire qu'on renégocie un réinvestissement et non pas des compressions », souhaite-t-il.

Plus d'articles