Retour

Manitoba recherche consul honoraire désespérément

Des citoyens français font circuler en ligne une pétition réclamant un successeur à l'actuel consul honoraire de France au Manitoba qui souhaite ne pas renouveler son mandat.

« Il est important que cette personne soit française afin d’être en mesure d’offrir un maximum de services », affirme la pétition dont une copie a été envoyée à l'ambassadrice de France à Ottawa, Kareen Rispal, ainsi qu'au consul général de France à Toronto.

« En effet, dit l'énoncé, une personne francophone canadienne ne pourrait qu’offrir un nombre limité de services donc ce choix ne serait pas dans l'intérêt des Français établis au Manitoba ».

Après 10 années passées à assurer la fonction de consul honoraire de France au Manitoba, Bruno Burnichon entend tirer sa révérence, mais pas avant qu'un successeur ait été trouvé.

« Le consul honoraire fait tous les jours le travail qu'un consul général fait à Toronto. Il faut signer des papiers, ça prend beaucoup de temps et c'est du bénévolat », prévient Bruno Burnichon qui refuse de donner son point de vue sur la pétition.

« La communauté française souhaite apparemment me garder comme consul honoraire, mais ce n'est pas à moi de décider. J'ai dit que je resterai à mon poste jusqu'à ce qu'ils trouvent un successeur et on verra bien, indique le consul honoraire.

« J'ai aidé à chercher, j'ai suggéré des noms, mais ce n'est pas moi qui prends la décision, elle revient au gouvernement français et au consul général de France. »

Charge de travail alourdie

En 10 ans, il dit avoir vu la fonction évoluer et surtout la charge de travail s'alourdir avec l'agrandissement de la communauté française au Manitoba.

« Quand j'ai commencé, il y avait du travail pour une journée par semaine et aujourd'hui j'en suis à trois jours et demi quatre jours par semaine », souligne Bruno Burnichon.

Selon lui, les demandes de passeports, de cartes d'identité et de documents assignés ont été multipliées par 10.

« [Ce serait bien] que ce soit un Français né en France pour avoir l'autorité du gouvernement français de signer certains papiers qu'une autre personne qui n'a pas la nationalité française et qui ne pourrait pas les signer », souligne Bruno Burnichon.

Bruno Burnichon a été nommé une première fois en novembre 2009 et a depuis fait deux mandats. L'âge limite pour cette fonction est de 70 ans.

Plus d'articles