Retour

Marché du carbone : Québec ira de l’avant malgré le retrait de l’Ontario

Le Québec continuera de lutter contre les changements climatiques grâce au marché du carbone, et ce, malgré les intentions du nouveau premier ministre ontarien Doug Ford de retirer la province des enchères de plafonnement, a assuré vendredi le premier ministre Philippe Couillard.

Pour M. Couillard, la taxe carbone est la pierre d'assise de la lutte aux changements climatiques. S’en retirer et une mauvaise décision et Doug Ford devra l'expliquer à ses citoyens.

« Le monde entier va dans cette direction », insiste le premier ministre, indiquant que le Québec poursuivra dans la même direction avec la Californie.

« On continue à recruter des partenaires, affirme M. Couillard. Le Mexique est en conversation avec nous, l’Europe également, on a des échanges techniques. La Chine est venue voir ce qui se fait au Québec et en Californie pour démarrer leur marché du carbone. »

Plus tôt vendredi, Doug Ford a annoncé que sa première mesure comme premier ministre allait se traduire par le retrait de sa province des enchères de plafonnement et d'échange avec le Québec et la Californie.

Le premier ministre désigné a déclaré qu'il ferait voter une loi dans ce sens lorsque l'Assemblée législative reprendra ses travaux.

M. Ford a également indiqué qu’il comptait s'opposer à l'imposition d'une taxe sur le carbone du gouvernement fédéral. Il en contestera officiellement l'autorité, a-t-il précisé.

Avouant un total désaccord avec le nouveau premier ministre de l’Ontario, M. Couillard dit croire que « chaque province canadienne doit s'engager visiblement et concrètement dans la lutte aux changements climatiques ».

Le premier ministre du Québec rappelle également que les opposants à la tarification du carbone oublient que les changements climatiques sont déjà là. « Nous en payons le prix », a-t-il ajouté.

Continuer de travailler avec l'Ontario

La ministre québécoise du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Isabelle Melançon, a dit prendre note de l’annonce de Doug Ford.

Dans un communiqué, la ministre rappelle l’efficacité et la rigueur reconnues du marché du carbone.

Elle assure que la Californie et le Québec continueront de collaborer avec le gouvernement de l'Ontario pour minimiser les perturbations qui pourraient résulter du retrait annoncé de cette province. Il s’agit entre autres de mettre l'accent sur « le maintien de la rigueur du marché du carbone et l'intégrité des outils de conformité ».

Mme Melançon rappelle qu’il existe 21 systèmes de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre en service actuellement dans le monde. Les États qui maintiennent un tel mécanisme représentent plus de 50 % du PIB mondial et près d’un tiers de la population à travers la planète.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir