Retour

Marguerite Blais confirme qu'elle représentera la CAQ dans Prévost

L'ancienne ministre libérale Marguerite Blais a accepté d'être candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Prévost, dans les Laurentides, en vue des prochaines élections, parce que son chef François Legault s'est engagé à l'appuyer dans plusieurs dossiers touchant les aînés et les proches aidants.

Un texte de Bernard Barbeau

Mme Blais, elle-même une résidante de Saint-Hippolyte, dans le comté de Prévost, y affrontera entre autres Paul St-Pierre-Plamondon, un poids lourd du Parti québécois (PQ), et Naömie Goyette, du Parti libéral (PLQ).

La nouvelle de sa candidature ne surprend pas. Radio-Canada l’avait déjà rapportée il y a quelques jours.

« Marguerite, c’est une personne qui est respectée. Respectée dans tous les partis. D’ailleurs, je soupçonne certains commentaires d’être proches de la jalousie », a déclaré M. Legault, en conférence de presse, vendredi matin, à Saint-Sauveur.

Il a énuméré cinq grands dossiers sur lesquels Marguerite Blais planchera et qui feront partie de la plateforme électorale de la CAQ :

  • mettre en place une « véritable politique » pour les proches aidants,
  • s'assurer qu'il y ait « partout au Québec » des établissements de répits pour les aidants naturels comme les maisons Gilles-Carle,
  • adopter des mesures de gériatrie sociale,
  • lutter contre l'isolement des aînés,
  • et améliorer qualité de vie dans les Centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

« Il est plus que temps que le Québec se dote d’une véritable politique nationale pour les proches aidants, souligné M. Legault. Le travail que ces gens font auprès de leurs proches qui sont malades est trop important pour notre société pour qu’on ne les reconnaisse pas à leur juste valeur. »

« J’ai fait plusieurs conférences sur les proches aidants. Et j’ai vu énormément de détresse dans les yeux des proches aidants » qui réclamaient plus de services, a raconté la nouvelle candidate caquiste.

« Ce n’est pas à un individu de porter ces projets-là », a estimé Mme Blais, se réjouissant de voir le chef de la CAQ et toute son équipe les endosser. « Ça veut dire que, quoi qu’il advienne, le projet est lancé, a-t-elle ajouté. Et c’est ça le plus important. »

Mme Blais a souligné que le premier ministre libéral Philippe Couillard l'avait lui aussi approchée pour qu'elle revienne dans son équipe en vue des élections de l'automne prochain. Plusieurs ministres du gouvernement Couillard ont annoncé ces derniers temps qu'ils quitteraient la vie politique à la fin du mandat actuel.

Mais elle a préféré la CAQ au PLQ.

« Un duo d'enfer »

Le député de Lévis, François Paradis, responsable à la CAQ des questions touchant les aînés, avait fait le trajet jusqu’à Saint-Sauveur pour participer à l’annonce de la candidature de celle qui doit désormais travailler avec lui sur ces dossiers.

Rappelant que les deux avaient été animateurs à la télévision dans le passé et qu’ils sont bien connus du public, François Legault les a présentés comme ses deux « rock stars », estimant qu'il a « toute une équipe pour s’occuper des aînés et des proches aidants ».

Marguerite Blais avait déjà été élue à quatre reprises dans Saint-Henri-Sainte-Anne, à Montréal, pour le compte du PLQ. Elle avait été ministre responsable des aînés de 2007 à 2012 au sein du gouvernement de Jean Charest.

Quand Philippe Couillard est devenu premier ministre, il y a quatre ans, Mme Blais n’avait pas obtenu de poste de ministre parce qu'elle devait s’occuper de son mari mourant. Elle a ainsi elle-même été aidante naturelle.

Elle aurait souhaité réintégré le Conseil des ministres, après les décès de son époux et de son frère en 2015, mais M. Couillard en a décidé autrement. Cet élément a pesé dans sa décision de quitter la politique, mais elle a assuré ne pas en vouloir à M. Couillard.

Mme Blais a souligné la présence vendredi de l’artiste Chloé Sainte-Marie, qui a pris soin de son conjoint, le cinéaste Gilles Carle, pendant plusieurs années et qui défend depuis les aidants naturels.

Chloé Sainte-Marie est apolitique, a cependant insisté Mme Blais, ajoutant qu'elle était là pour appuyer la cause des proches aidants et non la CAQ. Mme Sainte-Marie a ensuite précisé qu'elle appuierait la formation qui porterait le mieux cette cause.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine