Les appels à la démission de Martine Ouellet se multiplient depuis la semaine dernière. Si jamais elle quittait la tête du Bloc québécois (BQ) à Ottawa, pourrait-elle se présenter sous la bannière du Parti québécois (PQ) lors des prochaines élections provinciales?

Un texte d'Olivier Bachand

Dans la foulée de son couronnement à la tête du Bloc québécois il y a un an, Martine Ouellet a quitté le caucus péquiste. Elle siège toujours à l'Assemblée nationale en tant que députée indépendante de la circonscription de Vachon, qui englobe la majeure partie de l'arrondissement de Saint-Hubert, dans la ville de Longueuil.

Elle a déjà déclaré qu'elle ne se représenterait pas lors des élections provinciales, en octobre prochain. Lors d'une conférence de presse du bureau national du BQ, Martine Ouellet a réitéré son intention de demeurer à la tête de la formation, malgré les nombreux appels à la démission lancés à son endroit. « Moi, j'ai déjà dit que je ne démissionnais pas, que je n'abandonnais pas et que je ne baissais pas les bras. »

Mais, comme dit l'adage, six mois en politique, c'est une éternité. L'exécutif local du PQ et le seul candidat déclaré à l'investiture péquiste dans Vachon, Patrick Ney, n'excluent pas un retour de Martine Ouellet sur la scène politique provinciale si elle devait quitter son poste de cheffe du BQ.

Patrick Ney est l'actuel attaché politique de Martine Ouellet dans sa circonscription longueuilloise. Il travaille avec elle depuis son élection sous la bannière péquiste en 2010, et soutient la cheffe bloquiste dans la crise qui secoue en ce moment la formation fédérale.

Même s'il ne croit pas que Martine Ouellet va quitter son poste à la tête du Bloc, il se dit prêt à discuter si jamais elle exprimait le souhait de se représenter en tant que candidate du PQ dans Vachon. « On n'en a même pas discuté en fait et je ne pense pas que ça va venir sur le sujet non plus », commence-t-il par répondre. Puis, interrogé quant à savoir s'il fermait totalement la porte à cette éventualité, il ajoute : « Je pense qu'il faut s'asseoir et en discuter ».

L'exécutif local du PQ dit avoir de très bons liens avec Martine Ouellet, selon son président, Laurent Constantin. Même si ce dernier pense que le nom de Mme Ouellet ne figurera pas sur les bulletins de vote en octobre prochain, il se montre néanmoins ouvert à l'accueillir.

Le chef péquiste, Jean-François Lisée, et sa co-cheffe Véronique Hivon ont tous deux refusé de commenter la possibilité d'un retour de Martine Ouellet en tant que candidate du PQ.

Des sympathisants et des militants déçus de Martine Ouellet

Si les instances locales du PQ ont encore Martine Ouellet en haute estime, ce n'est pas le cas de tous les militants péquistes de Vachon.

Lors de la dernière campagne électorale, Yves Hébert a milité activement pour sa réélection. Le jour du scrutin, il est allé reconduire des sympathisants péquistes dans des bureaux de vote avec son véhicule pour qu'ils puissent exercer leur droit.

L'homme de 77 ans n'a pas apprécié que Martine Ouellet fasse le saut en politique fédérale, et pense maintenant qu'elle devrait quitter la tête du BQ. « On est très désappointés. On ne veut plus la voir là; et tant qu'elle va être là, moi je ne donne plus », lance-t-il.

Membre en règle du PQ et du BQ, il souhaite que Martine Ouellet quitte la scène politique.

Des sympathisants péquistes rencontrés au hasard dans la circonscription ont aussi affirmé qu'ils ne soutenaient plus Martine Ouellet.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine