Retour

Maternelle 4 ans : seulement trois nouvelles classes à la CSDM

Les 100 nouvelles classes de maternelle 4 ans annoncées récemment pour les milieux défavorisés ont atterri là où certaines commissions scolaires ne les attendaient pas. La Commission scolaire de Montréal (CSDM), par exemple, devra se contenterseulement 3 classes additionnelles sur les 10 demandées au ministère de l'Éducation.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

En entrevue à Radio-Canada, la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, s’expliquait mal le choix du ministère. « On représente 10 % des écoles québécoises et près du quart des écoles défavorisées au Québec », a-t-elle souligné.

Depuis l’année 2016-2017, la CSDM se retrouve ainsi avec un total de 12 classes de maternelle 4 ans à temps plein sur les 288 autorisées jusqu’ici dans la province.

Toujours à Montréal, deux classes de plus s’ajouteront aux six déjà autorisées à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Curieusement, la Commission scolaire de la Pointe-de-l’île, qui vit la réalité des milieux défavorisés de façon similaire, se voit en revanche ajouter 9 nouvelles classes à la rentrée en septembre, pour un total de 15.

À l'extérieur de Montréal, ce sont les commissions scolaires du Lac-Saint-Jean et des Hauts-Bois-de-l’Outaouais qui obtiennent le plus grand nombre de nouvelles classes, soit respectivement 8 et 13.

Incompréhension au Parti québécois

Le porte-parole péquiste en matière d’éducation, Alexandre Cloutier, parle d’un « immense fossé entre ce qui est demandé et ce qui est octroyé ».

Au cabinet du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, on nous explique que le partage des classes a été réalisé en fonction de la capacité des écoles à accueillir de nouveaux élèves et des besoins déterminés par des comités consultatifs régionaux. Ces comités sont formés des commissions scolaires, des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et des services de garde éducatifs.

Les nouvelles classes de maternelle 4 ans à temps plein visent les enfants des milieux défavorisés non inscrits à un service de garde éducatif. Ils peuvent ainsi bénéficier d’une période d’adaptation à la vie scolaire.

Dans la Politique sur la réussite éducative lancée en grande pompe mercredi, le gouvernement s’est engagé à poursuivre l'implantation de la maternelle 4 ans dans la province.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine