Retour

Maxime Bernier exclu du cabinet fantôme conservateur

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a annoncé mardi soir qu'il avait retiré au député québécois Maxime Bernier ses responsabilités au sein du cabinet fantôme de l'opposition officielle à Ottawa.

« J'ai retiré Maxime Bernier du cabinet fantôme de l'opposition officielle, en vigueur immédiatement », a indiqué M. Scheer dans un communiqué, sans préciser la raison de cette décision.

C'est le porte-parole en matière de sciences, Matt Jeneroux, qui s'occupera aussi des portefeuilles de l'innovation et du développement économique, que détenait Maxime Bernier, de façon intérimaire.

Dans des extraits d'un livre à paraître, qu'il a publiés sur Internet, M. Bernier allègue qu'Andrew Scheer avait recruté de « faux conservateurs » qui lui avaient permis de remporter la course à la direction du parti, en mai 2017.

Maxime Bernier utilisait ce qualificatif en référence aux nombreux agriculteurs qui avaient voulu faire obstacle à sa candidature en raison de son opposition au système de gestion de l'offre pour les produits laitiers, les œufs et la volaille.

Le député de Beauce avait assuré à ses collègues qu'il ne publierait pas son livre, compte tenu de la controverse que ça avait suscité au sein du caucus, mais il a tout de même choisi de publier le chapitre en question sur son site web.

Pendant que le président américain Donald Trump justifie les tarifs douaniers qu'il a imposés sur l'acier et l'aluminium canadiens par l'impact présumé de la gestion de l'offre sur les agriculteurs américains, les libéraux ont attaqué le Parti conservateur, mardi pendant la période de question, à propos des positions de M. Bernier sur la gestion de l'offre. Ce dernier propose notamment d'abandonner ce système pour en arriver à une entente sur l'ALENA avec l'administration Trump.

Prise de bec sur Twitter

Il y a deux semaines, M. Bernier a également tenu des propos controversés dans un échange avec une députée libérale noire, Celina Caesar-Chavannes.

Dans un message publié sur Twitter à l'attention de Mme Caesar-Chavannes, le député beauceron écrivait : « @MPCelina [identifiant du compte Twitter de la députée] "s'intéresse moins aux politiques qu'aux enjeux de nature personnelle". C'est la principale différence entre nous. Vous pensez que le monde tourne autour de la couleur de votre peau. Mon but est d'en arriver à de meilleures politiques pour tous les Canadiens. C'est là le travail d'un député. »

La députée ontarienne avait indiqué qu'elle laissait le soin à Andrew Scheer de déterminer s'il y avait lieu de rappeler Maxime Bernier à l'ordre.

Deux mois auparavant, M. Bernier avait critiqué la décision du gouvernement Trudeau d'allouer des sommes pour des programmes destinés aux Canadiens issus de minorités culturelles.

Celina Caesar-Chavannes lui avait conseillé « d'admettre son état de privilégié et de se taire ». Elle lui avait ensuite présenté ses excuses, reconnaissant avoir eu tort de lui avoir dit de se taire, et lui avait proposé d'en discuter en personne – une invitation que le conservateur avait déclinée.

Avec des informations de Raphaël Bouvier-Auclair

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir