Retour

Mode de scrutin : le chef du Parti vert de l'Î.-P.-É. revient à la charge

Le chef du Parti vert de l'Île-du-Prince-Édouard, Peter Bevan-Baker, promet de revenir à la charge à l'Assemblée législative, cet automne, pour obtenir du gouvernement libéral qu'il reconnaisse le résultat du plébiscite de 2016 sur la réforme du mode de scrutin.

Un texte de François Pierre Dufault

M. Bevan-Baker exhorte le premier ministre Wade MacLauchlan à « faire la bonne chose et la chose la plus simple, c'est-à-dire honorer le vote » de la courte majorité d'électeurs qui a opté pour un nouveau mode de scrutin proportionnel mixte.

Toutefois, le premier ministre a signalé dès l'automne 2016 son intention de tenir un nouveau référendum sur le mode de scrutin avec « un choix clair » en marge des prochaines élections provinciales en 2019. Il remet en cause la légitimité du résultat du plébiscite dont le taux de participation n'a été que de 36 %, soit l'un des plus faibles dans l'histoire de la province.

Un an plus tard, le gouvernement n'a pas encore déposé un projet de loi référendaire.

Le chef du Parti vert s'inquiète de la lenteur du processus. Il dit qu'en essayant de remettre à plus tard la réforme du mode de scrutin, les libéraux sont entrés dans un labyrinthe législatif sans issue.

« Le gouvernement doit déposer un projet de loi s'il veut que son référendum soit contraignant. Il n'y aucune loi à l'île présentement qui oblige un gouvernement à respecter le résultat d'un référendum », fait valoir Peter Bevan-Baker. « Mais puisque le référendum doit avoir lieu lors des prochaines élections, et qu'il est impossible de contraindre un nouveau gouvernement à respecter les promesses du gouvernement précédent, ça pose toutes sortes de problèmes législatifs. »

Gouvernements minoritaires

Lorsque des élections ont lieu selon un mode proportionnel mixte, les électeurs doivent choisir deux candidats. Un député est élu dans chaque circonscription selon le mode de scrutin actuel. Les autres députés sont choisis à partir de listes que fournissent les partis politiques, en proportion des suffrages exprimés.

Le mode de scrutin proportionnel mixte produit plus souvent des gouvernements minoritaires, ce qui ne s'est pas vu à l'Île-du-Prince-Édouard depuis plus d'un siècle.

Wade MacLauchlan a dit en 2016 que le plébiscite était une étape d'un processus plus long. En entrevue, lundi, le premier ministre n'a pas précisé s'il avait l'intention ou non de présenter un projet de loi référendaire au cours de la session parlementaire d'automne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine