Retour

« Moi, je pense qu'on va convaincre les gens » - Duceppe

Même si des souverainistes considèrent que le Bloc québécois est en crise et qu'il pourrait bien disparaître du paysage québécois, son chef Gilles Duceppe rejette ces analyses.

« Moi, je pense qu'on va convaincre les gens, puis qu'on va prouver le contraire », soutient le chef bloquiste en entrevue à 24/60 avec Anne-Marie Dussault.

Questionné sur la volonté de changement qui semble s'exprimer dans les sondages, mais profiter avant tout au Québec aux néo-démocrates plutôt qu'à son parti, M. Duceppe est loin de la résignation.

« Moi, je travaille à fond, tous les jours, à convaincre les gens. Et j'envisage que les Québécois vont réaliser que la meilleure représentation, c'est des députés du Bloc à Ottawa. Moi, je travaille pour que ce soit ça », dit-il.

La question de la pertinence du Bloc ne l'ébranle pas non plus.

« On a toujours, à chaque élection, demandé la pertinence du Bloc », a-t-il souligné, avant de faire remarquer que celle du NPD au Québec n'a jamais été remise en question, malgré son peu de succès dans les urnes jusqu'à ce que survienne la vague orange de 2011.

« On ne posait jamais cette question. Pourtant, ils n'avaient jamais fait élire personne! Ils ne se sont pas découragés, ils ont continué. Jean Charest, en 1993, il avait deux députés. Pas au Québec : à travers le Canada! Est-ce qu'il a baissé les bras? Non », insiste celui qui a effectué un retour en politique en juin dernier.

« Quand on a des convictions, il faut être plus solide que ça », estime M. Duceppe, qui ne se laisse pas décourager par les souverainistes et les militants de longue date qui doutent aujourd'hui de la survie du Bloc québécois.

Plus d'articles

Commentaires