Retour

Montréal décidera des heures d'ouverture des bars, parmi ses nouveaux pouvoirs

Québec octroie officiellement à Montréal le statut particulier qu'elle attendait depuis une bonne année, celui de métropole. Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a déposé jeudi un projet de loi visant à augmenter les pouvoirs de la ville.

C’est la fin du paternalisme. C’est ça que ça veut dire.

Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales du Québec

Montréal aura dorénavant plus de pouvoirs en matière de développement économique. Par exemple, le plafond de subventions aux entreprises est aboli et la capacité d’accorder des crédits de taxe est accrue.

Comme Québec et les autres municipalités de la province, Montréal recevra des millions afin de soutenir des projets municipaux. Une nouvelle enveloppe budgétaire passera progressivement de 10 millions de dollars en 2017 à 50 millions de dollars annuellement à compter de 2021.

Avec cette nouvelle entente cadre nommée « Réflexe Montréal », le maire Denis Coderre parle « d’outils » et « de marge de manœuvre » lui permettant d’être en meilleure position face aux autres métropoles, plutôt que « d’être pogné dans une salle d’attente pour demander "ça vous tente-tu de nous aider" ».

Des mesures ciblées

Le gouvernement du Québec concède somme toute de nombreuses responsabilités particulières à la métropole. En matière d’immigration notamment, le Bureau d’intégration des nouveaux arrivants à Montréal pourra déterminer les besoins pour son territoire, sans pour autant sélectionner les immigrants.

Un autre changement pourrait faire le bonheur des fêtards. La ville pourra décider elle-même des heures légales pour la vente et le service d’alcool dans les bars et restaurants.

Je peux ouvrir les bars jusqu’à 6 h du matin, ça va être le fun!

Denis Coderre, maire de Montréal

Pas de grands changements en matière de gouvernance

Le maire Denis Coderre souhaitait s’approprier certains pouvoirs dévolus aux arrondissements afin d’avoir une plus grande mainmise sur la gouvernance de la métropole, mais le projet de loi ne va pas aussi loin.

En conférence de presse aux côtés du premier ministre Philippe Couillard, M. Coderre a refusé de se montrer déçu, tout en ne fermant pas la porte à d’autres discussions à ce sujet plus tard.

« L’éléphant a accouché d’une souris », selon Projet Montréal

L’opposition officielle à la Ville de Montréal parle de nouveaux « pouvoirs de pacotille ». Projet Montréal estime que les sommes offertes par Québec sont nettement insuffisantes pour combler les compressions de 300 millions de dollars subies dans le monde municipal en 2015.

« Le statut de métropole ne permettra pas à Montréal d’atteindre une autonomie financière, affirme Laurence Lavigne Lalonde, conseillère municipale de Projet Montréal. La Ville reste toujours aussi dépendante de la taxe foncière et la pression sur les Montréalais demeure aussi forte. »

Rappelons que le projet de loi 121, dernier d’une série de projets présentés par le ministre des Affaires municipales cet automne, est déposé après ceux visant à octroyer à la Ville de Québec le statut de capitale nationale (projet de loi 109) et davantage de pouvoirs et d’autonomie à l'ensemble des municipalités de la province (projet de loi 122).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine