Retour

Montréal veut verdir et désenclaver les alentours de l'échangeur Turcot

Trente-deux gestes pour développer les abords du futur échangeur Turcot, aux extrémités des arrondissements de Saint-Henri et du Sud-Ouest, à Montréal, afin de verdir et désenclaver l'imposante structure autoroutière. Voilà ce que souhaite accomplir la Ville de Montréal dans le cadre d'un Plan de développement urbain, économique et social adopté lundi.

Le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Benoît Dorais, est clair : il souhaite créer un « environnement sain » et à « échelle humaine ».

Les démarches, qui doivent s'étaler jusqu'en 2025, auront des retombées pour les habitants des quartiers Saint-Henri, Saint-Paul et Ville-Émard.

« Pour la réalisation de ce projet, nous nous sommes littéralement branchés sur les besoins et les attentes du milieu sur le plan social, économique et urbain », a ainsi déclaré M. Dorais par communiqué.

On souhaite entre autres mettre en place des mesures d'apaisement de la circulation, installer un lien cycliste « fédérateur » et promouvoir la mobilité durable, explique pour sa part Éric Allan Caldwell, membre du comité exécutif de Montréal et responsable de l'urbanisme, du transport et de l'Office de consultation publique.

De son côté, le maire Dorais évoque également l'utilisation de terrains municipaux pour y construire des « logements locatifs, sociaux et abordables ».

L'administration prévoit, par ailleurs, maximiser les moyens de lutte contre les îlots de chaleur. « Le verdissement se fera d'ailleurs partout où c'est possible. Ça manque de vert, d'arbres, de végétation », a reconnu M. Dorais.

Avec les informations de Marc Verrault

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces