Retour

Muskrat Falls : Jean-Marc Fournier change de ton

Signe que la poussière retombe, le ministre québécois des Relations canadiennes tente de donner un nouveau souffle au litigieux dossier de l'aide fédérale destinée au projet hydroélectrique de Muskrat Falls, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Un texte de Mathieu Dion correspondant parlementaire à Québec

Après s'être montré fort mécontent de cette décision, Jean-Marc Fournier a changé de ton lundi dans une lettre ouverte intitulée Choisirons-nous de dessiner l'avenir ensemble? Il invite le gouvernement fédéral à adopter une approche « gagnant-gagnant ».

La semaine dernière, M. Fournier s'était indigné de l'octroi par Ottawa d'une garantie de prêt de 2,9 milliards de dollars supplémentaires sur les emprunts contractés par la société d'État terre-neuvienne Nalcor Energy, pour son projet marqué par des retards, des dépassements de coûts et des manifestations.

Estimant qu'il s'agit là d'une concurrence déloyale pour Hydro-Québec, M. Fournier avait réclamé une compensation financière du gouvernement fédéral. Il n'avait pas exclu non plus la possibilité de recours judiciaires.

Lettre ouverte

S'il revient sur la notion de déséquilibre dans les opérations commerciales hydroélectriques des deux provinces, M. Fournier propose « un regard nouveau » sur les relations entre Québec, Terre-Neuve-et-Labrador et Ottawa.

Pourquoi une garantie de prêt crée-t-elle un déséquilibre?

Une garantie de prêt n'est pas une injection directe d'argent. Le gouvernement fédéral assure toutefois aux créanciers qu'il les remboursera si Nalcor Energy est dans l'impossibilité de rembourser sa dette. Ainsi, en vertu de cette promesse, la société d'État peut recourir à davantage de financement avec un meilleur taux d'intérêt, sans risque pour les prêteurs.

La garantie de prêt d'Ottawa de 2013 a plafonné à 5 milliards de dollars. Le gouvernement du Québec s'opposait à toute augmentation, puisque cela permet au projet de continuer d'aller de l'avant, le genre d'aide financière dont n'a jamais bénéficié Hydro-Québec pour ses infrastructures.

En ce sens, Jean-Marc Fournier affirmait la semaine dernière que la bonification de la garantie de prêt de près de 3 milliards de dollars de plus « bouleverse l'équilibre sur le marché et nuit aux intérêts d'Hydro-Québec ».

Les dépassements de coûts du projet de centrale hydroélectrique de Muskrat Falls atteignent maintenant les 4 milliards de dollars, ce qui a fait grimper la facture totale à 11,4 milliards de dollars.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?