Retour

Nathalie Des Rosiers crée une controverse sur Twitter

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier a créé une controverse en se prononçant mercredi soir, sur Twitter, sur la mort d'Adirahman Abdi.

Dans des messages en français et en anglais, la députée libérale annonce son appui aux proches de l'homme décédé.

« Les meurtres de jeunes noirs m'inquiètent plus que jamais! La justice doit faire son travail, mais il faut aussi revoir tout le système! », a-t-elle d'abord écrit.

Nathalie Des Rosiers en a ensuite rajouté, en critiquant le travail de la police.

« Je pense à la famille et ami.e.s d'Abdi assassiné par un policier mal encadré. Soyez forts! #JusticePourAbdi #StopÀLaViolence ».

Le premier anniversaire du décès de M. Abdi, survenu au lendemain de son arrestation par la police d'Ottawa, a été souligné cette semaine.

Un policier, Daniel Montsion, est accusé d'homicide involontaire et subira son procès en 2019.

Ces messages ont attiré une pluie de critiques et de réponses à la députée.

Le chef du Service de police d'Ottawa (SPO) Charles Bordeleau s'en est même mêlé.

« La mort de M. Abdi a été difficile pour plusieurs. Nous devrions tous respecter le processus et permettre à la Cour de remplir son rôle », a-t-il répondu sur Twitter.

Le président du syndicat des policiers n'a pas été tendre non plus envers Nathalie Des Rosiers.

Matt Skof, qui qualifie « d'irresponsables » les commentaires de la députée, a interpellé le Parti libéral de l'Ontario, la première ministre Kathleen Wynne et le ministre Yasir Naqvi.

La faute d'un employé

Le bureau de Nathalie Des Rosiers a tenté de corriger le tir jeudi matin. Jointe au téléphone, Camille Marcil, l'adjointe de la députée, a indiqué que quelqu'un d'autre que la députée s'était exprimée avec son compte.

« C'était une erreur, quelqu'un d'autre s'est servi de son compte Twitter », a-t-elle indiqué.

Mme Marcil précise que normalement trois personnes ont accès au compte de la députée, soit Nathalie Des Rosiers, elle-même et une troisième personne qu'elle n'a pas voulu identifier.

L'adjointe précise que ni elle ni la députée n’ont envoyé ces messages et que l'auteur de ceux-ci n'a pas été confirmé.

« Les employés n'envoient pas de messages à cette heure-là, alors on tente de comprendre. C'est clairement une erreur, peu importe, d'où ça vient », indique-t-elle.

Dans un communiqué envoyé aux médias par le bureau de la première ministre Kathleen Wynne, Nathalie Des Rosiers affirme qu'elle n'avait pas l'intention de commenter une affaire qui se trouve encore devant les tribunaux.

« J'ai un respect absolu pour l'intégrité du processus judiciaire. Dans notre société, tout le monde est innocent jusqu'à preuve du contraire et je m'excuse puisque ces commentaires ne représentaient pas ce principe », explique-t-elle.

Nathalie Des Rosiers était doyenne de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa avant de devenir députée.

Plus d'articles

Commentaires