Retour

Nathalie Des Rosiers s'excuse pour des propos controversés sur Twitter

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, s'est excusée jeudi pour un « tweet » controversé envoyé de son compte. Le message, envoyé mercredi soir, portait sur les circonstances entourant la mort d'Abdirahman Abdi.

Sur son compte Twitter, on pouvait lire : « Les meurtres de jeunes noirs m'inquiètent plus que jamais! La justice doit faire son travail, mais il faut aussi revoir tout le système! ». Un autre déclarait : « Je pense à la famille et ami.e.s d'Abdi assassiné par un policier mal encadré. Soyez forts! #JusticePourAbdi #StopÀLaViolence ».

Les commentaires font référence aux circonstances entourant la mort d'Abdirahman Abdi, un Canadien d’origine somalienne de 37 ans, qui a perdu tous ses signes vitaux lors d’un affrontement avec deux agents du Service de police d’Ottawa (SPO), Daniel Montsion et Dave Weir, le 24 juillet 2016. Abdirahman Abdi mourait des suites de ses blessures le lendemain.

Depuis, des accusations d’homicide involontaire ont été portées contre l’agent Daniel Montsion qui subira son procès en février 2019.

Pluie de critiques

Ces messages avaient attiré une pluie de critiques et de réponses à la députée.

« La mort de M. Abdi a été difficile pour plusieurs. Nous devrions tous respecter le processus et permettre à la Cour de remplir son rôle », avait répondu sur Twitter le chef du SPO, Charles Bordeleau.

Pour sa part, le président de l'Association des policiers d'Ottawa, Matt Skof, avait qualifié « d'irresponsables » les commentaires de la députée et interpellé le Parti libéral de l'Ontario, la première ministre Kathleen Wynne et le ministre Yasir Naqvi.

Une erreur

« Il y a un tweet qui a été émis de la part de mon compte. Ça ne reflète pas du tout ce que j'aurais dit », a répondu Mme Des Rosiers.

Elle a révélé qu'il s'agissait d'une « erreur » de son équipe élargie et qu'elle en prenait donc la responsabilité.

La députée a présenté ses excuses au SPO. Elle a appelé M. Bordeleau et M. Skof. Elle a assuré qu'elle respectait le travail des policiers dans la région.

« Je n'ai aucune intention et je n'ai jamais eu d'intention de commenter un processus judiciaire qui est en cours. C'est complètement inapproprié », a poursuivi Mme Des Rosiers, ex-doyenne de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa.

Jointe plus tôt jeudi au téléphone, l'adjointe de la députée, Camille Marcil, a précisé que ni elle ni la députée n’a envoyé ces messages. L'identité de l'auteur des gazouillis n'avait pas été confirmée, bien que seulement trois personnes ont accès à ce compte Twitter, dont Mme Des Rosiers et Mme Marcil.

« Les employés n'envoient pas de messages à cette heure-là, alors on tente de comprendre. C'est clairement une erreur, peu importe d'où ça vient », a indiqué Mme Marcil.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine