Retour

Nav Canada : la région veut se battre pour les services de nuit

La Ville de Rouyn-Noranda refuse de baisser les bras en ce qui concerne la diminution des services de nuit de Nav Canada, qui fournit les services de navigation à l'aéroport de Rouyn-Noranda. L'administration Dallaire a mis sur pied une mobilisation comprenant des gens d'affaires, notamment des transporteurs aériens régionaux comme Propair et Air Creebec, ainsi que toutes les instances politiques régionales. Ceci inclut les Villes d'Amos, de Val-d'Or et la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue.

Un texte de Piel Côté

Après la conférence de presse organisée lundi matin, à laquelle participaient une multitude d'intervenants, le ton est donné ; la coalition de gens d'affaires et de politiciens ne laissera pas Nav Canada abandonner les services d'aide à la navigation de nuit à l'aéroport de Rouyn-Noranda. La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, et le maire d'Amos, Sébastien D'Astous, font partie de cette mobilisation et selon eux, on se doit de garder les services de nuit de Nav Canada.

« C'est d'une incohérence, on ne peut pas dire qu'on investit pour la construction d'un nouvel aérogare d'un côté et de l'autre côté, on vient diminuer les services d'informations de nuit », lance Diane Dallaire.

« On a la desserte du Nord au niveau de la Cour itinérante, on a la prison qui est régionale, alors pour nous, avoir un service à l'aéroport de Rouyn-Noranda, c'est obligatoire. On a besoin de pouvoir atterrir chez nous 24 h sur 24 », conclut M. D'Astous.

Des informations inexactes?

Certains pilotes appréhendent le départ de Nav Canada et s'inquiètent de la précision des informations météorologiques. C'est le cas d'un des commandants d'Air Creebec, Simon Chouinard.

« On va remplacer un spécialiste par une machine automatique, qui a souvent tendance à mal évaluer la météo, donc sous-estimer ou surestimer la météo », indique-t-il.

Le président de Propair, Étienne Lambert, estime pour sa part que la fin de la présence de Nav Canada à Rouyn-Noranda la nuit serait comme un retour à l'âge de pierre.

« C'est comme si on disait à la population de ne plus utiliser son cellulaire entre 22 h et 4 h du matin et de retourner aux cabines téléphoniques qu'on a déjà connues dans le passé », ajoute-t-il.

Aucune décision n'est encore prise

Transports Canada a indiqué, par courriel, qu'aucune décision n'avait encore été prise quant au service de nuit de Nav Canada. Rappelons qu'en février dernier, Nav Canada avait soumis une étude aéronautique au ministre des Transports, Marc Garneau, proposant une réduction du niveau de service à l'aérodrome de Rouyn-Noranda.

L'étude visait à évaluer la possibilité de réduire les heures d'ouverture de la station d'information de vol, les faisant passer de 24 à 16 heures par jour, et d'éliminer les services consultatifs télécommandés d'aérodrome fournis par la station d'information de vol à l'aéroport de Val-d'Or.

Le Règlement d'aviation canadien stipule toutefois que les fournisseurs de services de navigation aérienne, dont Nav Canada, doivent aviser le ministre avant de modifier un niveau de service fourni. Celui-ci a ensuite un droit de regard sur cette décision.

Plus d'articles