Retour

« Ne pas compter ses heures » : un conseil de Julie Lemieux aux nouveaux élus

S'investir à 100%, connaître ses dossiers par coeur, être à l'écoute des citoyens, la vice-présidente sortante du comité exécutif à Québec a appris son métier de conseillère municipale sur le terrain. Élue en 2009, Julie Lemieux part après deux mandats. À la veille de l'assermentation des nouveaux élus, Julie Lemieux explique les défis qui attendent les prochains conseillers municipaux.

Un texte de Louise Boisvert

Il n'existe pas de mode d'emploi pour devenir conseiller municipal, insiste Julie Lemieux. Lundi prochain, ils seront cinq nouveaux à faire leur entrée à l'Hôtel de Ville de Québec pour la tenue de la première séance du conseil.

« Comme nouvelle conseillère, j'étais très impressionnée », se souvient Julie Lemieux.

Celle qui venait de quitter une carrière de journaliste après 17 ans redoutait même les questions de ses anciens collègues. Pendant des mois, elle a fui les caméras.

Se donner du temps

Julie Lemieux recommande fortement aux nouveaux conseillers de prendre le temps d'apprivoiser leur nouvel environnement. Par respect pour les citoyens.

« Je n'étais pas une spécialiste en déchets, lance-t-elle dans un éclat de rire. Au début, on ne connaît pas ça! » Elle a également dû se débrouiller avec le concept des bassins versants et tous les autres qui concernent l'aménagement du territoire, dont elle avait la responsabilité.

Malgré les précautions, elle n'a pas pu éviter tous les pièges. En 2011, elle a enterré le projet olympique sans le vouloir. À une question d'un journaliste posée entre deux conférences de presse, elle affirmait que la Ville avait d'autres priorités.

Aujourd'hui, elle en rit. À l'époque, cela lui a valu un appel du maire Labeaume à 5 heures du matin, l'heure à laquelle l'article était publié en ligne.

« Je ne sais pas ce qui m'est arrivé. Je suis tellement rigoureuse pour ces affaires-là », dit-elle. Elle a alors appris sa leçon.

Accéder au comité exécutif

Julie Lemieux fait partie des privilégiés. Dès son premier mandat, elle accède au comité exécutif, la garde rapprochée du maire Labeaume. Elle a la responsabilité de la culture.

Au deuxième mandat, elle devient vice-présidente. Elle est la deuxième femme seulement à occuper à ce poste.

Julie Lemieux a su gagner leur confiance, même si elle avait des doutes sur sa capacité à défendre ses opinions. Mais surtout, il faut se faire confiance comme élu, répète-t-elle.

Travailler sans relâche

Elle estime avoir travaillé sans relâche, sans compter ses heures. « La conciliation travail-famille, j'y croyais au début, dit-elle, sourire en coin. Les gens ne mesurent pas à quel point c'est exigeant. »

Si c'était à refaire, elle le ferait de la même manière, avec la même intensité. Même si parfois, elle a dû faire face aux critiques. « J'ai une bonne carapace. »

Cette année, Julie Lemieux a été citée dans une poursuite de 12 millions de dollars déposée contre la Ville de Québec par le promoteur Louis Lessard dans le dossier de l'Église Saint-Coeur-de-Marie.

La conseillère sortante jure qu'elle ne s'est pas placée dans une situation de conflit d'intérêts. « La vérité triomphera », juge-t-elle. Ce qui l'inquiète dans cette histoire, c'est le message que cela envoie aux personnes intéressées par la politique.

« Ça peut décourager du monde. C'est ça qui est dommage. C'est important la politique. C'est essentiel. On a besoin de gens de qualité. »

La relève

Julie Lemieux ne veut pas présumer de qui va la remplacer ou qui fera son entrée au comité exécutif qui sera dévoilé jeudi. « C'est une prérogative du maire », souligne-t-elle.

« Tu peux donner ton opinion, mais c'est vraiment lui, dans sa tête qui fait son plan de match ». Julie Lemieux croit néanmoins qu'il est important de faire de la place à la jeunesse.

La plus jeune conseillère élue dimanche est Alicia Despins, âgée de 23 ans. Avec Pierre-Luc Lachance, ils font partie des deux nouveaux venus chez l'équipe du maire Labeaume.

La conseillère sortante croit que la nouvelle mouture fera sa marque, comme elle, il y a 8 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine