Retour

Niagara Falls prépare une poursuite contre la province en lien avec la gestion des casinos

Les élus locaux du Niagara contestent les critères de sélection d'une nouvelle entreprise qui gérera deux casinos de la région. Ils soutiennent que cette compagnie ne sera plus forcée de participer au développement économique.

Un texte de Claudine Brulé

Le maire de Niagara Falls, Jim Diodati, affirme que les critères qui ont porté des fruits dans le passé, ceux utilisés pour l'octroi du contrat d'administration du Casino Niagara dans les années 1990, ont presque tous été abolis.

Il dit que la demande de propositions d'OLG (La Société des loteries et des Jeux de l'Ontario) comprend un grand objectif : rapporter le maximum de revenus à la province.

Il dénonce l'absence des autres critères importants pour la région, et qui étaient mis de l'avant pour l'ouverture du premier casino il y a une vingtaine d'années : être un moteur pour le développement économique de la ville et la région, créer des emplois et offrir des retombées économiques.

La Ville a commandé une étude d'une tierce partie pour mesurer l'impact du plan d'OLG sur la région. Elle conclut que jusqu'à 1400 emplois pourraient être perdus.

Le président du Conseil régional du Niagara, Alan Caslin, déplore de plus que les élus locaux n'aient pas été consultés avant qu'OLG publie sa demande de propositions.

Les élus locaux ont écrit à la première ministre Kathleen Wynne et au ministre responsable d'OLG, Charles Sousa, ont fait du lobby à Queen's Park et organisé des manifestations.

La Ville de Niagara Falls et le Conseil régional du Niagara s'apprêtent à aller devant les tribunaux pour forcer OLG à annuler son processus d'appel d'offres et à consulter les intervenants locaux avant de le lancer de nouveau.

Le ministre Charles Sousa affirme que les élus du Niagara auront l'occasion de rencontrer et discuter avec les entreprises qui feront des soumissions.

Il refuse aussi de s'ingérer dans le processus de sélection d'un nouvel administrateur pour les casinos, pour en assurer l'intégrité.

OLG a lancé son appel de propositions en avril dernier et doit annoncer à l'été le fournisseur qui aura été sélectionné pour administrer le Casino Niagara et le Fallsview Casino.

Son appel de propositions s'inscrit dans un programme de modernisation des loteries et des jeux, qui vise à procurer plus de revenus à la province.

Ce plan veut aussi limiter la publicité des deux casinos de Niagara Falls, en interdisant les affiches et annonces au-delà de Hamilton. Il serait donc interdit de solliciter le marché de la grande région de Toronto, qui représente 70 % de la clientèle des casinos, selon le maire Diodati.

La présidente de la Chambre de commerce du grand Niagara, Mishka Balsom, déplore aussi la proposition mise de l'avant par OLG.

Elle affirme que le modèle actuel, qui favorise l'emploi et les investissements locaux, a permis à une panoplie de secteurs de se développer en parallèle à l'industrie touristique : vignobles, terrains de golf et sports de plein air, par exemple.

Mme Balsom est d'accord avec l'idée de moderniser l'industrie du jeu, mais il faut, selon elle, en mesurer les conséquences.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine