Retour

Nomination controversée de Michael Bryant à l’Association canadienne des libertés civiles

L'ancien procureur général de l'Ontario Michael Bryant a été nommé directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles vendredi, mais l'annonce a provoqué la colère sur Twitter.

Autrefois une étoile montante du Parti libéral de l'Ontario, Michael Bryant a déjà été pressenti pour devenir chef et même premier ministre. Mais en 2009, il a été accusé de négligence criminelle causant la mort à la suite d’une altercation avec un cycliste.

Les accusations ont toutefois été abandonnées après que les procureurs aient conclu qu'il y avait peu de chance d'une condamnation.

Un nouveau départ

En 2011, Bryant a publié un livre, 28 secondes, qui examine les conséquences de l'incident controversé. Il a ensuite disparu de la sphère publique.

En entrevue vendredi avec l’émission Metro Morning de CBC, Michael Bryant a expliqué que son travail de bénévolat auprès d’un organisme pour sans-abris au centre-ville lui a permis d'entamer un nouveau départ.

« C'est un événement que je porte en moi tout le temps », dit-il. « Il était un être humain et il a perdu sa vie. Je ne peux pas revenir en arrière, alors je me demande, que puis-je faire aujourd'hui? ».

Un tollé sur Twitter

L’annonce a toutefois créé un tollé sur les médias sociaux, notamment sur Twitter. Près d'une centaine d’internautes ont d’ailleurs tweeté directement à l’ACLC pour exprimer leur surprise et leur mécontentement.

Plusieurs ont décrié que la réputation entachée de M. Bryant nuira à l’Association, alors que d’autres ont indiqué qu’ils ne la soutiendraient plus financièrement.

Plus d'articles