Le Comité de vérification de Toronto dit non à une privatisation potentielle des 52 garderies municipales. Les membres du comité ont éliminé cette recommandation du rapport de la vérificatrice générale lors de leur réunion.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

La décision du comité réjouit Sara Ehrhardt. La Ville doit maintenant concentrer ses efforts pour augmenter le nombre de places dans les garderies municipales, selon cette mère d'un bambin de 3 ans

Mme Ehrhardt ajoute que Toronto doit aussi utiliser les subventions des gouvernements provincial et fédéral pour résoudre la crise de soins aux enfants.

Un rapport de la vérificatrice générale soutient non seulement que les 52 garderies municipales seraient mieux gérées par des organismes sans but lucratif, mais que la Ville pourrait aussi réaliser des économies de près de 28 millions de dollars par année.

Ces recommandations de Beverly Romeo-Beehler vont toutefois à l'encontre de la stratégie pour étendre les services de garde d'enfants dans la métropole adoptée par le conseil l'an dernier.

Les garderies municipales représentent seulement 3 % des services de gardes d'enfants disponibles dans la métropole. Elles se sont situées dans des quartiers défavorisés où elles desservent une clientèle moins nantie.

C'est aussi dans ces garderies qu'on retrouve une forte proportion d'enfants ayant des besoins spéciaux, selon la conseillère municipale Janet Davis. Elle admet que la vérificatrice générale avait quand même de bons points.

Deux problèmes que le personnel de la Ville tente présentement d'améliorer, ajoute l'élue.

Le rapport de la vérificatrice générale sera examiné par le conseil municipal lors de sa réunion prévue à la fin du mois.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine