Retour

Normes de qualité de l’air: pas de sanctions pour Glencore et Vale

Les compagnies minières de Sudbury, Vale et Glencore, ne seront pas pénalisées si elles n'arrivent pas à se conformer aux nouvelles normes provinciales concernant les émissions atmosphériques de dioxyde de soufre.

Le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique a dévoilé le 20 mars dernier ses nouvelles normes de la qualité de l’air auxquelles seront tenues de se soumettre les compagnies industrielles. Les plafonds d’émission horaire de dioxyde de soufre passeront progressivement de 625 microgrammes par mètre cube à 100 microgrammes par mètre cube d’ici le 1er juillet 2023.

Les nouvelles mesures inquiètent le directeur des opérations sudburoises de la compagnie minière Glencore, Peter Xavier. Afin de répondre aux exigences de la province, la compagnie avait investi 300 millions $ pour réduire ses émissions de dioxyde de soufre, de nickel et de cadmium à sa fonderie de Falconbridge. Le projet est à moitié achevé, selon M. Xavier. « Nous devons maintenant essayer de comprendre comment nous allons poursuivre nos activités dans le futur », avance-t-il.

Le ministre se veut rassurant

Tout comme Glencore, la compagnie Vale peine depuis plusieurs années à se conformer aux normes d’émissions en vigueur et bénéficie fréquemment d’extensions de la part de la province.

Le ministre de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique, Chris Ballard, applaudit les mesures prises par les deux compagnies pour tenter de satisfaire aux exigences provinciales et se veut rassurant. « Nous comprenons que certaines industries, notamment les fonderies, font face à des contraintes technologiques », admet-il. « Ce que nous voulons, c’est de voir une réduction annuelle d’émissions de dioxyde de soufre ».

Vale s’est aussi engagée à investir 1 milliard $ pour la rénovation de sa fonderie de Copper Cliff.

« Des changements de normes extrêmes »

Le co-président du groupe communautaire Air pur Sudbury, Marc Gascon, apprécie la souplesse de la province. « On n’a jamais vu de changements de normes si extrêmes », déclare-t-il. « Les émissions de soufre ont beaucoup diminué pendant les cinquante dernières années et on voit toujours une amélioration ».

M. Gascon suggère davantage de collaboration entre les compagnies minières et le gouvernement provincial pour « établir des cibles raisonnables en fonction de la technologie disponible ».

Avec des informations de CBC News

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards