Le député démissionnaire Bill Boyd se retrouve à nouveau dans l'embarras après de nouvelles révélations quant à son rôle dans un stratagème d'immigration qui lui aurait permis d'empocher des sommes d'argent, mais aussi des bénéfices pour ses terres agricoles.

Au lendemain de sa démission la semaine dernière, une enquête réalisée par CBC révélait que le député de Kindersley avait offert une résidence permanente à des ressortissants chinois en échange d'investissements dans l'entreprise Modern Hi-Efficiency Agriculture Corporation, qu'il préside.

Bill Boyd se serait rendu en Chine en mars pour un séminaire au cours duquel il a pris la parole en tant que représentant de la division saskatchewanaise de l’entreprise.

Sur place, il a promis aux participants – majoritairement des ressortissants chinois – qu’en échange d'un investissement de 300 000 $, ils pourraient s’allier avec Hi-Efficiency Agriculture Corporation pour l'achat et la vente de matériel d'irrigation.

Or, ce matériel aurait servi à irriguer les terres de M. Boyd, selon les plus récentes informations de CBC. La cartographie des terrains devant être irrigués montre en effet qu'une grande partie d'entre eux incluent des champs de semence que gère le député, près d'Eston dans le sud de la province.

En investissant dans Hi-Efficiency Agriculture Corporation, les ressortissants chinois auraient par ailleurs été en mesure de déposer des demandes de résidence permanente au Canada en vertu du Programme des candidats de la Saskatchewan, un programme rattaché au ministère de l'Économie, que Bill Boyd a déjà géré par le passé.

Un apparent conflit d'intérêts

Selon Ian Stedman, avocat spécialisé en éthique politique à la Faculté de droit de Osgoode Hall, en Ontario, cette situation s'apparente de plus en plus à un conflit d'intérêts. « Si Bill Boyd n'est plus ministre, il demeure député du Parti saskatchewanais, du moins jusqu'à sa retraite à la fin du mois », rappelle l'avocat.

« Maintenant que nous savons que [les terres de Bill Boyd] auraient été dans le sillon d'irrigation, il apparaît évident qu'il est en conflit d'intérêts », ajoute M. Stedman.

Le stratagème « d'immigration-irrigation » fait maintenant l'objet de deux enquêtes menées par le commissaire aux conflits d'intérêts de la Saskatchewan : l'une a été initié par Bill Boyd lui-même et l'autre par le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan.

Hi-Efficiency Agriculture Corporation a changé de nom pour AgroTarget Corporation quelques jours à peine avant que CBC ne fasse les premières révélations dans cette affaire. Les directeurs de la société, Yonggang Yang et Ning Xu, affirment maintenant que l'ex-ministre n'a rien à voir avec l'entreprise.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine