Retour

Nouveau règne à la Première Nation Liard au Yukon

La Première Nation Liard au Yukon a choisi lundi un nouveau chef et de nouveaux conseillers au cours d'élections tenues six mois plus tard que prévu.

L'ancien directeur général, George Morgan, prend donc en charge la Première Nation qui, depuis 2014, est sous tutelle gouvernementale pour la gestion de ses finances.

Aucun membre de l'ancien conseil n'a été reconduit. Lundi, le chef sortant, Daniel Morris, et certains conseillers laissaient entendre à tort aux membres que l'élection n'avait pas lieu. L'ancien conseil suggérait que les aînés avaient demandé qu'une enquête sur d'anciens dirigeants soit d'abord effectuée.

« C'est un soulagement »

George Morgan a obtenu 203 votes contre 102 pour l'ancien chef et plus proche rival, Daniel Morris. Il faudra toutefois deux semaines pour confirmer ces résultats encore préliminaires et un recomptage des bulletins est nécessaire pour les postes de certains conseillers.

Le nouveau chef a affirmé en entrevue au lendemain de son élection que sa première réaction était celle de soulagement.

En plus du poste de chef, un poste de vice-chef était ouvert ainsi que quatre postes de conseillers représentant le Yukon et deux postes de conseillers représentant Lower Post. Les élus sont désormais Fred Lutz, Alfred Chief, Travis Stewart, Kathy Magun, Dawn McDonald, Harlan Schilling et Malcom Groat.

Du pain sur la planche

Depuis 2014, la Première Nation Liard est gérée par une entreprise privée sous contrat du fédéral après que l'organisation s'est retrouvée lourdement endettée. Pour parvenir à un équilibre budgétaire, l'entreprise a dû effectuer des compressions dans les programmes, notamment ceux destinés à l'enfance.

Aucune vérification comptable n'a par ailleurs été effectuée depuis trois ans sur certains aspects de la Première Nation.

Ancien chef de la Première Nation défait en 2014, Liard McMillan affirme que les membres du nouveau conseil ont de nombreux défis devant eux.

Le nouveau chef, George Morgan, veut par ailleurs mettre en place des lois et des règlements dont la Première Nation ne dispose pas, à part la loi sur les élections que l'ancien conseil ne respectait pas.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine