Retour

Nouveaux dépotoirs : les municipalités auront-elles le dernier mot?

Un député ontarien réclame un droit de véto pour les municipalités ontariennes quand vient le temps d'aménager de nouveaux sites d'enfouissement sur leur territoire.

Le député conservateur Ernie Hardeman, qui représente la circonscription d’Oxford, dans le sud-ouest de l’Ontario, a présenté un projet de loi privé à cette fin jeudi à Queen’s Park.

Il propose de modifier les lois provinciales sur la protection de l’environnement et les évaluations environnementales pour donner aux villes et villages la possibilité de refuser l’aménagement d’un dépotoir.

Si le projet devient loi, les municipalités pourraient aussi choisir l’emplacement du site d’enfouissement sur leur territoire.

Le projet de loi a l’appui de dirigeants municipaux.

Le conseiller municipal du Canton de Zorra, Marcus Ryan, fait valoir que les municipalités peuvent faire des efforts pour réduire leur empreinte écologique, mais, dans certaines circonstances, ne peuvent pas présentement refuser les ordures d’autres villes.

De son côté, le gouvernement libéral rappelle que sa priorité est la réduction des déchets, ce qui devrait permettre de limiter le nombre de nouveaux dépotoirs.

L’Ontario compte 32 grands dépotoirs, des centaines de petits et des projets qui sont encore à l’étude.

D’après les informations de Mathieu Simard

Plus d'articles