Retour

Nouvel hôtel de ville de Tracadie : le prix payé soulève des interrogations

La municipalité régionale de Tracadie a acheté un édifice, en décembre 2017, au coût de 1,4 million de dollars, pour en faire son nouvel hôtel de ville.

Un texte de René Landry

L'édifice, construit en 1992, a servi pendant plusieurs années de bureau au ministère des Pêches et des Océans. À l'été 2016, il avait été acheté pour la somme de 345 000 $ par une entreprise de l'homme d'affaires François Benoit. Les bureaux municipaux y ont été aménagés au cours de la dernière période des Fêtes.

« On avait des employés qui se retrouvaient dans plusieurs bâtiments, explique le maire, Denis Losier. Si on parle de travail d'équipe et de collaboration, c'est certain que c'est préférable d'avoir les personnes sous un même toit. C'est plus facile de pouvoir s'organiser et de faire le travail de manière efficace. C'était une des premières motivations qui nous ont poussés à [chercher] un nouvel hôtel de ville. »

Le maire fait savoir que d'autres options ont été étudiées: installer l'hôtel de ville dans l'Académie Sainte-Famille, un édifice patrimonial, une nouvelle construction ou la rénovation de l'ancien hôtel de ville.

Est-ce que la municipalité a fait une bonne affaire en payant 1,4 million de dollars un édifice qui avait été acheté pour 345 000 $? Les dirigeants municipaux pensent que oui. Le directeur général de la Ville, Daniel Hachey, indique qu'une firme spécialisée a évalué la valeur marchande de l'édifice à 1,2 millions de dollars. Pour la Ville, cette augmentation soudaine de prix s'explique par des travaux de rénovation qui auraient été faits par l'entrepreneur François Benoit, avant achat.

« Il y avait le nombre de bureaux, de pieds carrés dont on avait besoin, ajoute Denis Losier. L'autre avantage, c'est le fait d'avoir un gros garage municipal à un prix abordable aussi. On a fait une bonne transaction, une sorte de deux pour un. Ce qui nous a été présenté, c'est probablement la solution la moins coûteuse dans la situation actuelle. »

Le maire assure que des négociations ont eu lieu avec l'entrepreneur.

« Il y a eu la question à un moment donné qu'on aurait pu [économiser] de l'argent en donnant un bâtiment qu'on avait en surplus, les bureaux Service Tracadie, précise-t-il. On a vérifié auprès de fiscalistes et c'était peut-être mieux de le garder parce que c'est un actif. »

Le maire, tout comme le directeur général, expliquent que d'importants travaux de rénovation ont été faits dans l'édifice et que cela faisait partie de l'entente avec l'entrepreneur.

La transaction, bien qu'approuvée par un vote unanime des membres du conseil municipal, alimente les conversations dans la municipalité.

Le conseiller municipal Jean-Yves McGraw, comme d'autres, en a eu écho.

« Ce qu'on entend des gens, c'est qu'ils veulent savoir quelle était l'entente au juste pour l'achat de l'édifice, dit-il. Certains se posent des questions et se demandent pourquoi on allait dans une direction au début pour ensuite changer de voie. »

Même s'il a approuvé la transaction, le conseiller McGraw se souvient que tout s'est déroulé rapidement.

« Des fois, on prend de décisions qui sont peut-être un peu vites. S'il y avait eu un peu plus de temps pour examiner nos options comme il faut, probablement qu'on aurait pu [prendre] une meilleure décision. Mais il fallait agir. Parfois, on prend des décisions avec l'information qu'on a. Il faut agir et on est toujours pressés par des engagements comme des demandes d'aide financière et cela exerce de la pression sur le conseil municipal », explique Jean-Yves McGraw.

Selon Jean-Yves McGraw, le besoin de plus d'espace pour les bureaux était bien réel. « Ce qui a fait pencher la balance, en plus du fait qu'il y a davantage d'espace dans cet édifice, c'est le grand entrepôt qui se trouve à l'arrière. Il reste que cela représente 1 400 000 ; c'est quelque chose qu'il faudra assumer », dit-il.

La municipalité demeure propriétaire de l'ancien hôtel de ville, dont elle loue les locaux. Les réunions publiques du conseil municipal ont toutefois toujours lieu dans cet ancien hôtel de ville. Il n'y a pas une grande salle du genre dans le nouvel édifice pour y tenir de telles réunions.

Plus d'articles