Retour

Nouvelles règles de financement politique en Ontario

Les partis politiques à Queen's Park ont voté jeudi à l'unanimité en faveur de la nouvelle loi de financement politique en Ontario.

La nouvelle loi interdit aux députés, aux candidats, aux chefs de parti, aux candidats à l'investiture, aux candidats à la direction d'un parti et à d'autres membres du personnel politique de participer à des activités de financement.

Les syndicats et les corporations ne peuvent plus faire des dons aux partis non plus. Les individus ne peuvent verser que 3600 $ à un parti dans une année électorale. Ils avaient droit de donner un peu plus de 33 000 $ sous les anciennes règles.

Les règles entourant la publicité sont aussi resserrées.

Le gouvernement est convaincu que ce sont les meilleures solutions pour moderniser la loi, éliminer la perception de conflit d'intérêts, tout en permettant le financement politique.

Il n'y a même plus de perception de conflit d'intérêts; la nouvelle loi renforce la démocratie et assure que nous avons un système en place qui est imputable et transparent.

Yasir Naqvi, procureur général de l'Ontario

Les politiciens pourront participer à des événements dont le coût d'entrée couvre les dépenses de l'activité. Ils pourront également solliciter de l'argent par courrier, par téléphone ou par courriel.

Les partis politiques recevront aussi une allocation équivalente à 2,71 $ pour chaque vote obtenu par leurs candidats lors de l'élection générale précédente.

Branle-bas politique

Malgré des tensions sur cet enjeu au cours des derniers mois, les deux partis ont voté en faveur de la loi à l'Assemblée législative. Rappelons que les députés progressistes-conservateurs avaient quitté en trombe en août le comité parlementaire qui se penchait sur le dossier et avaient refusé de le réintégrer.

Ils accusaient alors les libéraux d'avoir déjà tout décidé et de manquer de transparence.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Patrick Brown, parle d'un pas dans la bonne direction même s'il croit que la loi comporte des faiblesses.

C'est mieux pour notre démocratie que la personne avec le plus de pouvoir soit l'électeur et non ceux qui ont de grands intérêts financiers.

Patrick Brown, chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario

La chef du NPD, Andrea Horwath, croit que le temps déterminera les bienfaits ou les failles de la loi. Elle indique que cette réforme était nécessaire seulement en raison des pratiques douteuses des libéraux.

La seule raison pour laquelle nous avons une réforme, c'est le mauvais comportement du Parti libéral en matière de financement politique.

Andrea Horwath, chef, Nouveau Parti démocratique

Les libéraux ont entamé une refonte des règles de financement après que des ministres eurent participé à des événements privés à des coûts élevés avec des parties intéressées.

La nouvelle loi entre en vigueur le 1er janvier.

Plus d'articles

Commentaires