Retour

Occupation des édifices vacants à Montréal : une promesse électorale à adapter

Projet Montréal s'est engagé pendant la campagne électorale municipale à créer 10 incubateurs d'entreprises dans des bâtiments publics vacants. Contrairement à d'autres promesses, comme la ligne rose ou encore la construction de 12 000 logements sociaux, cet engagement devrait pouvoir se concrétiser facilement, à condition de l'adapter un peu.

Un texte de René Saint-Louis

Il y a environ 900 bâtiments vacants à Montréal, dont 120 qui sont d'intérêt patrimonial. On n'a qu'à penser à l'hôpital de la Miséricorde, sur le boulevard René-Lévesque, au théâtre Empress, dans Notre-Dame-de-Grâce, ou encore à l'ancienne gare d'autocars de la station de métro Berri-UQAM.

Même s'ils sont vides, ces édifices sont souvent entretenus, ce qui engendre des dépenses importantes pour le chauffage, la sécurité et même les assurances.

Ainsi, l'entretien des grands hôpitaux montréalais vacants depuis l'ouverture du CHUM et du CUSM coûte 3,5 millions de dollars par année aux contribuables.

Occupation temporaire

L'organisme Entremise a comme mission de faciliter l'occupation temporaire de bâtiments vacants. Son cofondateur Jonathan Lapalme croit que la promesse électorale de Projet Montréal sera « tout à fait faisable ».

Selon lui, de nombreux freins administratifs, techniques ou fiscaux, ralentissent le déploiement d'usages temporaires des bâtiments vacants. Une volonté politique manifeste était donc nécessaire pour aller de l'avant.

Jonathan Lapalme ajoute qu'il ne faut surtout pas attendre le projet parfait qui va répondre à toutes les questions; on risquerait alors d'attendre indéfiniment, comme c'est le cas en ce moment.

Des incubateurs?

L'idée de Projet Montréal de créer 10 incubateurs d'entreprises semble cependant plus difficile à concrétiser, selon le directeur de l'Accélérateur de l'Institut d'entrepreneuriat Banque Nationale-HEC Montréal, Manaf Bouchentouf.

Un incubateur d’entreprises est « un programme » qui permet aux entreprises en démarrage d’accéder à du mentorat et à d’autres formes de soutien pour les aider à s’établir. À Montréal, chaque université en a déjà un. L'École de technologie supérieure (ETS) déménagera d'ailleurs le sien sous peu dans un édifice vacant, soit l'ancien Planétarium Dow.

Les incubateurs d'entreprises sont déjà assez nombreux. Toutefois, précise Manaf Bouchentouf, il manque d'espace de travail collaboratif, car ce phénomène gagne en popularité à Montréal.

La demande est aussi très forte, dit-il, pour des « fablab », c'est-à-dire des laboratoires ou des ateliers de fabrication de produits.

Du côté de Projet Montréal, l'attaché de presse de Valérie Plante, Marc-André Viau, précise que la promesse faite pendant la campagne électorale résulte d'une vision assez large et qu'elle pourrait donc prendre plusieurs formes. « En gros, écrit-il, il y a des entrepreneurs sans espace et des espaces sans entrepreneurs. On veut combler les besoins. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine